•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Temple de Salomon reproduit à Winnipeg?

Image de statues sur le toit du Palais législatif du Manitoba.

Le Temple de Salomon reproduit à Winnipeg? C'est ce que croit le Dr Frank Albo, spécialiste de l'architecture et de l'ésotérisme occidental.

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Radio-Canada

Les Winnipegois passent tous les jours à côté du Palais législatif du Manitoba, mais peu d'entre eux soupçonnent qu'il s'agit d'une reproduction du Temple de Salomon à Jérusalem. C'est ce qu'affirme l'historien Frank Albo, qui présente à Radio-Canada ce mystérieux bâtiment des Prairies et ses symboles dissimulés.

Un texte de Samuel Rancourt

L’intérêt pour le Palais législatif du chercheur et auteur du livre The Hermetic Code, paru en 2007, a pris naissance en 2001, quand il a remarqué deux sphinx sur le toit de ce bâtiment du XXe siècle. Fasciné par cette étrange découverte, il a entrepris l’étude du symbolisme franc-maçonnique au sein du Palais législatif, conçu par l’architecte britannique Frank Worthington Simon, lui-même franc-maçon.

Selon le Dr Albo, l'architecte de l’édifice parlementaire souhaitait ériger un lieu aux pouvoirs « surnaturels » qui soit aussi sacré que le Temple de Salomon. Il souhaitait, en utilisant des symboles de la franc-maçonnerie, une société philosophique, aider les politiciens à devenir de meilleurs leaders.

D’ailleurs, tous les premiers ministres du Manitoba de 1872 à 1968 étaient des francs-maçons.



Ce titulaire de deux doctorats en histoire de l’art et en ésotérisme occidental de l'Université de Cambridge a découvert que le bâtiment de l’Assemblée législative, tout comme les temples des époques anciennes, possédait trois chambres aux rôles bien particuliers : une aire de protection et de purification, un autel et un sanctuaire, ainsi que la partie la plus sacrée du temple, le Saint des Saints.

Trois chambres dignes des temples anciens

Le grand hall d’entrée, où les visiteurs sont accueillis par deux bisons géants en bronze, fait office d’aire de protection et de purification du temple manitobain.

Image des bisons en bronze installés dans le seuil du Palais législatif.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les bisons en bronze pèsent chacun 2,3 tonnes métriques (5000 livres). Les visites guidées du Palais législatif racontent que ces gigantesques statues auraient été placées sur d'immenses blocs de glace et glissées à l'intérieur du bâtiment pour éviter de rayer son plancher en marbre italien.

Photo : Radio-Canada / Thomas Asselin

« Ces bisons servent de mesure de protection, tout comme les effigies de Méduse et d'Athéna et les têtes de lion », explique l’historien, en précisant que la fonction de ces statues est d’éloigner les mauvais esprits.

Les gens croient que ce sont seulement les bisons qui représentent le Manitoba. Mais ce qu’ils ignorent, c’est que les temples anciens avaient des sculptures de grands taureaux à cornes pour protéger le lieu saint.

Dr Frank Albo, historien de l'architecture

On raconte par ailleurs que ces gigantesques statues auraient été placées sur d'immenses blocs de glace et glissées à l'intérieur du bâtiment pour éviter de rayer le plancher en marbre italien.

L’antichambre en haut du grand escalier – une rotonde inspirée de l’architecture des églises de la Renaissance – recèle un autel circulaire et un sanctuaire. « On peut y observer des luminaires qui comportent 12 petites lumières entourant une ampoule plus grande et plus brillante. Elles représentent les 12 disciples qui entourent le Christ », précise l’historien.

Une peinture signée Frank Brangwyn commémorant la Grande Guerre orne l’entrée menant à la chambre de l’Assemblée législative. Bien que la fresque illustre la tragédie et les sacrifices de la guerre, le Dr Albo croit que cette dernière évoque également le chemin de la Croix.

Image d'une peinture murale au-dessus de l'entrée de la chambre de l’Assemblée législative.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Au-dessus de l'entrée de la Chambre de l’Assemblée législative se trouve une peinture murale intitulée The Allegory of Canada's War Record (la contribution du Canada à la guerre), oeuvre de l’artiste britannique Frank Brangwyn installée en 1921 .

Photo : Radio-Canada / Thomas Asselin

Selon le Winnipegois, l’homme blessé torse nu au centre du tableau et le soldat qui épaule son compagnon représentent le Christ et Simon de Cyrène. La figure centrale du christianisme est aidée par ce dernier le long du chemin de la Souffrance, qui se termine au Golgotha, le lieu du Crâne, où le Nazaréen est crucifié.

Le Dr Albo avance que le soldat blessé fait écho au Christ par sa tenue et sa posture, et que le bras du canon se substitue à la croix. En outre, il maintient que l’auréole du Messie est formée par la manche du chemisier blanc derrière la tête du Christ et que des fleurs et des pommes forment une image de crâne et de trois hommes crucifiés sur une colline.

Image du Dr Frank Albo.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Titulaire de deux doctorats en histoire de l’art et en ésotérisme occidental de la Cambridge University, Frank Albo est également l’auteur des livres The Hermetic Code (le code hermétique) et Astana, architecture, myth and destiny (Astana : architecture, mythe et fatalité).

Photo : Radio-Canada / Thomas Asselin


Frank Albo a également observé qu’il existe une image de Marie avec l’Enfant Jésus dans l’arbre derrière la figure christique.

Le sanctuaire du temple : le Saint des Saints

Dans le Temple de Salomon, le Saint des Saints est une pièce uniquement accessible au grand prêtre. Parallèlement, l’accès au bureau du lieutenant-gouverneur, le « grand prêtre de ce temple parlementaire », est limité à la royauté, ainsi qu’aux dignitaires internationaux lors des cérémonies d'État.

Au cours de ses recherches, le Dr Albo a découvert que cette pièce avait les dimensions exactes du Saint des Saints du Temple de Salomon.

« Le Premier Livre des Rois indique les dimensions du Saint des Saints en coudées. La coudée est une unité de mesure qui se définit par la longueur du coude jusqu’au bout des doigts, explique le chercheur manitobain. Chez les francs-maçons, celle-ci est de 36,6 cm. En appliquant cette unité de mesure dans la pièce, nous obtenons une dimension de 20 coudées sur 20 coudées, soit la description mathématique du Saint des Saints telle qu’elle apparaît dans la Bible. »

L'arche d'alliance sur le toit

Image d'une sculpture sur le toit du Palais législatif du Manitoba. Elle serait, selon le Dr Frank Albo, une reproduction de l'arche d'alliance.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Dr Frank Albo croit qu'une reproduction de l'arche d'alliance se trouve sur le toit du Palais législatif du Manitoba. Il s’agit du coffre qui, selon la Bible, contiendrait les tables de pierre sur lesquelles sont écrits les Dix Commandements, et qui ont été données à Moïse sur le mont Sinaï.

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Le roi Salomon a fait construire son temple comme lieu de repos pour l’arche d’alliance, soit le coffre dans lequel les Hébreux gardaient les Tables de la Loi, qui étaient hébergées dans le Saint des Saints.

L’arche sainte du temple à Winnipeg ne se trouve pas à l’intérieur du bureau du lieutenant-gouverneur, mais sur le toit du bâtiment.

« Je suis retourné dans la Bible, affirme Frank Albo, expliquant comment il a enfin repéré cette statue sainte. « Le Premier Livre des Rois dit que l’arche d’alliance était voilée d’un rideau bleu richement décoré. J'ai remarqué ce rideau [bleu placé devant la fenêtre] et j'ai regardé au-dessus de la pièce, où j’ai vu l'arche d’alliance, sur le toit du Saint des Saints. »

Après dix ans de recherches, l’historien avoue que l’édifice ne renferme encore qu’un seul secret pour lui : le contenu de l’arche d’alliance du Manitoba. Le sceau de celle-ci n’a jamais été rompu, laissant le mystère planer autour de l’objet sacré de ce temple des Prairies canadiennes.

Politique provinciale

Politique