•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cas d’aide médicale à mourir ont presque doublé en 2017 en Outaouais

Pour recevoir l'aide médicale à mourir, le patient doit être atteint d’une maladie grave et incurable, en plus d'être en fin de vie.
Pour recevoir l'aide médicale à mourir, le patient doit être atteint d’une maladie grave et incurable, en plus d'être en fin de vie. Photo: ISTOCK

Les cas d'aide médicale à mourir ont presque doublé lors de la deuxième année de l'instauration de ce service en Outaouais.

Entre le 10 décembre 2016 et le 9 décembre 2017, 29 personnes ont formulé une demande d’aide médicale à mourir en Outaouais. Parmi ces requêtes, 21 patients ont bénéficié de ce service, selon les statistiques dévoilées par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais jeudi soir.

Pour la même période l'année précédente, l’aide médicale à mourir avait été administrée à 11 personnes, alors que 18 demandes avaient été formulées.

Parmi les huit cas où les soins de fin de vie n’ont pas pu être reçus dans la dernière année, une personne est décédée avant l’administration, quatre ne répondaient pas aux critères établis par la province, et trois autres ont retiré leur demande pendant le processus.

Pour qu’une personne puisse recevoir l’aide médicale à mourir au Québec, elle doit respecter les critères suivants :

  • être majeure;
  • être apte à consentir aux soins;
  • être en fin de vie;
  • être atteinte d’une maladie grave et incurable;
  • avoir une situation médicale qui se caractérise par un déclin avancé et irréversible de ses capacités;
  • éprouver constamment des souffrances physiques ou psychiques insupportables et qui ne peuvent être apaisées dans des conditions jugées tolérables.

Le directeur des services professionnels du CISSS de l'Outaouais, Guy Morissette, a admis que le nombre de demandes avait dépassé ses attentes.

« J'estimais qu'il y aurait une demande par mois. Quand on regarde les chiffres, il y en a eu plus que ce que j'avais estimé », a mentionné le Dr Morissette, qui souligne que les chiffres pour l'Outaouais sont semblables à ceux des autres régions comparables.

Depuis le début du programme d'aide médicale à mourir, le 10 décembre 2015, 47 demandes ont été formulées en Outaouais et 32 d'entre elles ont été respectées.

Ottawa-Gatineau

Aide médicale à mourir