•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ promet des services de garde gratuits pour certaines familles

Des enfants font une activité dans une garderie Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Réuni en caucus présessionnel à Shawinigan, le Parti québécois (PQ) s'est engagé jeudi à revenir, s'il est élu, à un tarif unique pour les services de garde subventionnés et à en améliorer l'accessibilité. Pour le premier enfant d'une famille qui les fréquente, le tarif de base serait de 8,05 $ par jour, promettent les péquistes. Il passerait à 4 $ par jour pour le deuxième enfant, pour devenir complètement gratuit à partir du troisième.

Ce tarif serait toutefois indexé chaque année, « selon l'évolution des revenus des ménages ».

Selon les promesses péquistes, une autre mesure liée au crédit d’impôt pour solidarité permettrait de voir baisser encore plus les frais des services de garde.

Ainsi, les familles qui bénéficient en totalité du crédit d’impôt pour solidarité, soit les familles ayant un revenu de 34 000 $ ou moins, pourraient bénéficier de la gratuité des services de garde pour tous leurs enfants fréquentant un CPE ou une garderie privée subventionnée. Par ailleurs, toutes les familles qui profitent en partie de ce crédit, soit celles ayant un revenu entre 34 000 $ et 60 000 $, verraient le tarif de base de 8,05 $ diminué en partie, selon leur revenu.

Le PQ s’engage également à créer des places en CPE de façon accélérée, un geste qui dépendrait cependant de « l’état des finances publiques et de la popularité de la mesure ».

Qu’est-ce qu’on pourrait faire de mieux en réparant ce que les libéraux ont fragilisé et en offrant encore plus d’égalité des chances à tous les enfants du Québec?

le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée

Ces mesures ne seraient pas mises en place lors de la première année d’un mandat péquiste, mais au cours de ce mandat.

« On se donne quatre ans pour les réaliser », indique le chef, Jean-François Lisée.

Selon M. Lisée, la baisse de tarif des services de garde devrait coûter 320 millions de dollars à l’État. Elle serait financée en partie par l’argent actuellement alloué au crédit d’impôt pour frais de garde d’enfants, lequel, dit-il, serait moins sollicité étant donné la baisse des tarifs et le retour à l’universalité.

Rappelons que depuis 2014, le gouvernement libéral a augmenté le tarif de base des garderies subventionnées, qui était de 7 $, en plus d’ajouter une contribution additionnelle pour les revenus plus élevés et d’indexer annuellement la totalité de la facture. Le tarif de base des services de garde subventionnés était de 7,75 $ par jour en 2017.

En mars dernier, lors d'une conférence à quelques jours du dépôt budget, le chef Jean-François Lisée s'était engagé au « rétablissement du tarif à 7,30 $ pour toutes les familles » dans l'éventualité d'un gouvernement péquiste.

Évolution des tarifs

  • 1997 : le gouvernement péquiste de Lucien Bouchard instaure les CPE au coût fixe de 5 $ par jour.
  • 2004 : le gouvernement libéral de Jean Charest augmente le tarif à 7 $ par jour.
  • 2014 : le gouvernement libéral de Philippe Couillard fait passer le tarif de base à 7,30 $ par jour et introduit la modulation des tarifs.

La qualité des services de garde offerts doit revenir à l’ordre du jour

L’Association québécoise des centres de la petite enfance accueille favorablement les promesses péquistes. Elle souligne toutefois que bien qu’une plus grande accessibilité des services soit louable, il ne faut pas perdre de vue l’importance de donner aux enfants des services de garde de qualité.

« Il faut se rappeler que quand la politique familiale a été lancée il y avait deux objectifs majeurs : la conciliation travail/famille et l’égalité des chances. Étant donné la popularité du système, on a beaucoup mis de l’avant les avantages de la conciliation travail/famille, mais on a un peu laissé de côté les avantages que procurait un système de qualité pour l’éducation des enfants », a commenté Louis Sénécal, président-directeur général de l’association.

Le Parti québécois n’a pas promis de réinvestissement dans les CPE. Il a toutefois souligné plusieurs fois la grande qualité des services qu’ils offrent aux enfants.

Retour de l’instigateur des CPE

L’arrivée récente du psychologue et ancien député Camil Bouchard en tant que conseiller bénévole auprès du PQ n’est pas étrangère à ces nouvelles propositions péquistes. L’auteur du rapport Un Québec fou de ses enfants! est à l’origine de la politique québécoise des CPE dans les années 90.

En conférence de presse mercredi, M. Bouchard a déclaré avoir assisté depuis son départ de la politique en 2010 à « la déconstruction d’un État qui prenait soin de son monde ». Il s’est dit inquiet de la Coalition avenir Québec (CAQ) qui viendrait amplifier « la déresponsabilisation de l’État envers sa population », un phénomène qui se serait « manifesté beaucoup dans les services de garde éducatifs ».

Cliquez ici (Nouvelle fenêtre) pour consulter la fiche explicative de la tarification des services de garde subventionnés pour 2018 du ministère de la Famille du Québec.

Politique provinciale

Politique