•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Terre-Neuve-et-Labrador s'entend sur la santé avec Ottawa

Le ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador, John Haggie.

Le ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador, John Haggie

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'entente bilatérale entre les gouvernements canadien et terre-neuvien définira comment Terre-Neuve-et-Labrador investira sa part du financement fédéral en santé.

Terre-Neuve-et-Labrador investira 43,25 millions de dollars pour les soins à domicile et 28,82 millions de dollars pour la santé mentale et les dépendances, pour un total d’un peu plus de 72 millions de dollars.

L’investissement en soins à domicile et en santé mentale s'aligne sur les priorités pancanadiennes instaurées en août 2017 par la Chambre des communes.

Ces investissements feront réellement avancer les choses concernant la santé des gens des communautés, partout dans la province.

John Haggie, ministre de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador

Le premier ministre Dwight Ball s’est montré heureux de cette entente qui, selon lui, aidera à assurer la viabilité du système de santé terre-neuvien. « Avec une population vieillissante et de hauts taux de maladie mentale ou chronique, nous savons que nous devons faire des investissements ciblés avec les meilleurs résultats possible. Cette entente reconnaît la pression mise par ces coûts et prouve que le provincial et le fédéral partagent des objectifs similaires. »

Plusieurs initiatives en santé mentale pourront être mises de l’avant grâce à cette entente :

  • Créer un service provincial de services en santé mentale pour les jeunes adultes et les enfants;
  • Accroître l’offre de services en santé mentale sur Internet;
  • Améliorer l’accès aux services d’aide pour contrer les dépendances;
  • Améliorer les services communautaires pour désengorger les hôpitaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !