•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Que la fête commence au Carnaval de Québec

    La mascotte se tient debout sur un sol enneigé, le Château Frontenac en arrière-plan.
    Bonhomme Carnaval sur la Terrasse Dufferin, en 1967 Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    C'est ce vendredi que s'amorcent les festivités du Carnaval de Québec. Depuis plus de 60 ans, la plus importante fête hivernale au monde attire les résidents de la Vieille Capitale et les touristes. Retrouvez quelques traditions qui font le bonheur des festivaliers depuis des décennies.

    Un projet né d’une période touristique creuse

    En décembre 1954, un comité d’hommes d’affaires lance l’idée d’une fête à Québec pour faire croître l’économie et le tourisme. À partir de 1955, le Carnaval a lieu annuellement, en février, dans les jours qui précèdent le carême. Des festivités, des danses, des activités sportives et des chansons marquent l’événement.

    En 1956 et dans les années qui suivent, le Carnaval prend de l’ampleur. Avec le temps, la population est demeurée fidèle à la tradition de cette fête hivernale collective.

    L'ambiance féérique dans les rues de Québec

    En février, les touristes affluent vers Québec pour s’amuser en toute liberté. Au son des fanfares, la foule se rassemble dans les rues de la Vieille Capitale. On chante, on rit et on boit.

    Aujourd’hui (remontage), 7 février 1967

    Le 7 février 1967, le journaliste Paul-Émile Tremblay interroge des festivaliers à l’émission Aujourd’hui. Les gens viennent de loin pour fêter dans la bonne humeur. On constate que l’alcool coule à flots. « On est tous unis par une même chose… l’alcool », affirme un participant au vox pop.

    Ces visiteurs vont souvent garder le souvenir de l’ambiance particulière qui règne dans la ville au moment du Carnaval.

    Le couronnement de la reine

    C’est en 1955 que Bonhomme couronne la première reine du Carnaval au Colisée de Québec. À partir de 1959, la reine est élue par tirage au sort parmi les duchesses représentant chacune un secteur de la région de Québec.

    Les sept duchesses sont sélectionnées avant la période des Fêtes. Lors de demi-finales, les présidents des duchés et d’autres juges désignés interrogent les jeunes femmes sur leurs occupations et leurs loisirs. Avant d’être choisies, les filles, qui devaient être Québécoises et avoir entre 18 et 25 ans, paradaient sur une scène.

    Bonhomme Carnaval dépose une couronne sur sa tête de la nouvelle reine Gaétane Lépine, assise sur son trône.Couronnement de Gaétane Lépine, reine du Carnaval en 1967 Photo : Radio-Canada

    En août 1996, le comité organisateur décide d’abolir cette tradition. Les duchesses sont de retour en 2014, à l’occasion du 60e anniversaire du Carnaval, mais selon une formule revue.

    Le défilé de nuit

    Les défilés de nuit et de jour sont les attractions les plus courues. Des milliers de personnes se tiennent debout dans le froid le long des rues ou sur les balcons pour y assister.

    Dans cet extrait du 12 février 1977, Jean Pagé et Christiane Suzor, chaudement vêtus, animent en direct le 23e défilé nocturne du Carnaval. L’événement se déroule dans la Haute-Ville, sur l’ancien boulevard Saint-Cyrille, aujourd’hui appelé boulevard René-Lévesque.

    Christiane Suzor décrit la foule :

    Une foule bigarrée, délirante, enthousiaste et massée le long de l’avenue Saint-Cyrille. Il y a de l’atmosphère dans l’air!

    L’animatrice Christiane Suzor
    Défilé de nuit du Carnaval de Québec (remontage), 12 février 1977

    Si les défilés ont lieu dans certaines rues du Vieux-Québec, plusieurs endroits de la ville et la région présentent aussi des activités. Les centres sportifs, les hôtels et les centres de ski participent aux réjouissances du Carnaval.

    Tout récemment, le nouveau consultant Daniel Gélinas a promis de moderniser la grande fête hivernale.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Art de vivre