•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents préoccupés par la pénurie d'enseignants d'immersion en C.-B.

Une salle de classe de l'école Amirault à Dieppe.
L'organisme Canadian Parents dénonce la pénurie d'enseignants d'immersion française et sa conséquence sur la qualité de l'enseignement en Colombie-Britannique. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le groupe Canadian Parents for French dénonce la pénurie d'enseignants d'immersion française ainsi que l'inaction du gouvernement britanno-colombien à cet égard. L'organisme fait part de ses frustrations dans une lettre adressée à Rob Fleming, ministre de l'Éducation de la province.

Un texte de Charlotte Dumoulin

L'organisme Canadian Parents for French en Colombie-Britannique est manifestement fatigué de se répéter. Le groupe dit lancer un signal d’alarme depuis quatre ans sans voir d’amélioration. Il espère que le gouvernement néo-démocrate s’attaquera au problème dans les prochains mois.

Dans la lettre destinée au ministre, les parents font état des conséquences provenant du manque criant d’enseignants d'immersion dans la province.

L’une d’elles est la diminution de la qualité de l’enseignement, selon eux. L’organisme souligne que des enseignantes d'immersion française en congé de maternité sont parfois remplacées par des enseignants qui ne parlent qu'anglais.

Je trouve inacceptable que les enseignants qui ne parlent pas français soient responsables d'un cours de français.

Trish Kolber, représentante des professeurs de français langue seconde en Colombie-Britannique

L’organisme écrit que la Commission scolaire de Vancouver a dû réduire du quart les places dans son programme d’immersion française, faute d’enseignants. Selon les informations dans la lettre, cela équivaut à 135 places.

Le recrutement d'enseignants

Pour Canadian Parents for French, il semble clair que le gouvernement doit se doter de nouvelles mesures pour recruter et garder les enseignants d'immersion en Colombie-Britannique. Dans cette optique, l’organisme a rappelé dans la lettre les solutions qu’il avait déjà proposées pas le passé.

Les parents croient qu’il faut commencer par revoir la rémunération des enseignants dans la province, une des plus faibles au pays. Ils font valoir qu’en offrant de meilleures conditions de travail et un meilleur salaire, les enseignants francophones seraient plus attirés à venir travailler dans la province.

Parmi les autres solutions dans la lettre, les parents croient pertinent d’élargir les politiques d'immigration pour attirer des enseignants provenant de régions francophones à travers le monde.

En réponse à la lettre des parents, le ministre Rob Fleming déclare qu’il est au courant de la pénurie d’enseignants dans certaines régions. C’est pour cette raison, dit-il, qu’il a formé l’automne dernier un groupe d’experts pour lui faire des recommandations en lien avec le problème de recrutement des enseignants.

Le ministre dit maintenant avoir reçu le rapport d’expert. Il planifie suivre prochainement les recommandations reçues. Il n’a cependant pas voulu donner plus de détails concernant le délai précis ou les recommandations reçues.

Colombie-Britannique et Yukon

Éducation