•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le procès de Gerald Stanley risque de faire monter les tensions raciales, dit un professeur

Debbie Baptiste et Jade Tootoosis sont entourées par des manifestants brandissant des pancartes, la mère tient un portrait de Colton Boushie.

En août 2016, quelque 200 personnes se sont rassemblées devant la cour provinciale de North Battleford lors de la comparution de Gerald Stanley pour réclamer que justice soit faite dans la mort du jeune homme. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Bélanger

Radio-Canada

La tension monte à quelques jours du début du procès de Gerald Stanley, accusé du meurtre non prémédité d'un Autochtone de 22 ans, et le spécialiste de l'histoire et de la santé des peuples autochtones James Daschuk craint les débordements.

Gerarld Stanley a plaidé non coupable à une accusation de meurtre au deuxième degré à la suite du décès du jeune autochtone Colten Boushie. Son procès commence la semaine prochaine dans les Battlefords.

Colton Boushie de la Première Nation de Red Pheasant, a été tué par balle en août 2016 sur la propriété d’un fermier près de Biggar, à l'ouest de Saskatoon.

Le procès débutera le 30 janvier à la Cour du Banc de la Reine de Battleford.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a demandé à la population de faire preuve de calme et de respect, mais certains s'inquiètent déjà.

Au commencement du procès, je pense que les émotions vont couler partout. Personnellement, je suis nerveux.

James Daschuk, professeur, Université de Regina

James Daschuk, auteur et professeur à l'Université de Regina, pense que le procès risque de diviser la communauté en deux camps, celui des fermiers ruraux et celui des Premières Nations.

« Les gens à la campagne sont nerveux. Il y a un an, l'Association des municipalités rurales de la Saskatchewan (SARM) a voté pour défendre leur territoire avec des armes à feu, alors moi je pense que la population autochtone à un bout du spectre et à la population rurale est à l’autre bout opposé », a-t-il expliqué.

James Daschuk parle à la caméra assis devant un bureau de travail couvert de documents et d'objets variés.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

James Daschuk ajoute que la population autochtone n'a pas confiance en le système judiciaire.

Photo : Radio-Canada / Archives

Une résolution adoptée par l'Association des municipalités rurales de la Saskatchewan (SARM) prévoiyait de faire pression sur Ottawa pour que le gouvernement élargisse le droit d’utiliser une arme à feu en cas de légitime défense. Cette résolution a été rejetée par l'Union nationale des fermiers.

Le président de SARM, Ray Orb, affirme que l'idée de cette résolution n'a pas été abandonnée. Il dit attendre la nomination du nouveau premier ministre de la province pour relancer les discussions.

Ray Orb parle à la caméra devant l'affiche de l'Association Association des municipalités rurales de la Saskatchewan.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ray Orb relativise l'état de tensions dans les communautés rurales, mais il reconnait que certaines régions de la Saskatchewan peuvent accumuler davantage de tensions que d'autres régions.

Photo : Radio-Canada

Il ajoute que la SARM collabore avec les représentants des Premières Nations pour réduire les tensions. « Nous cherchons à créer notre propre force d'intervention pour créer de meilleures relations avec les Premières Nations. Nous devons travailler avec la Première Nation ».

Par ailleurs, il espère que le procès permettra de clarifier les droits des résidents pour protéger leur propriété.

Un premier défi pour le prochain premier ministre

James Daschuk ajoute que l'apaisement de ces tensions sera un défi de taille pour le nouveau premier ministre de la Saskatchewan qui sera élu samedi par les membres du Parti saskatchewanais.

« Mr Wall était vraiment populaire. Il était vraiment populaire avec la grande majorité de la population ici en Saskatchewan. Ça prenait son talent, son respect pour calmer les affaires sur les médias sociaux l'été passé lorsque Mr Boushie a été tué. À mon avis ça va être un grand test pour le [nouveau] premier ministre », a déclaré James Daschuk.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Procès et poursuites