•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

René Bellemarre coupable d'attouchements sexuels sur une personne mineure

René Bellemare

René Bellemare

Photo : Radio-Canada / Claude Bouchard

Radio-Canada

L'ancien entraîneur du club d'haltérophilie de La Sarre, René Bellemarre, est reconnu coupable de deux des chefs d'attouchements sexuels sur une personne mineure qui pesaient contre lui.

Avec les informations de Émilie Parent-Bouchard

Le juge Marc Grimard a rendu ce verdict mercredi au palais de justice de La Sarre.

Il a touché à des fins d'ordre sexuel une partie du corps d'une enfant de moins de 16 ans d'abord entre le 15 février 2014 et le 15 avril 2014. Puis, un an plus tard, vers le 19 février 2015, il a touché une partie du corps de la même victime alors qu'il était en situation d'autorité.

Il a été acquitté des deux autres chefs d'accusation d'agression sexuelle qui pesaient contre lui.

Rappel des faits

Avant de rendre son verdict, le juge Marc Grimard a résumé les faits corroborés par les témoignages entendus au procès.

Selon le témoignage de la victime, Bellemarre serait sorti de la salle d'entraînement avec elle à deux reprises à la suite de disputes avec d'autres athlètes. Dans un coin de la polyvalente qui sert à entreposer des articles de conciergerie, il l'aurait alors embrassée sur la bouche à deux reprises, baisers que la victime décrit comme « très courts, secs et francs » dans son témoignage.

La victime tait le premier événement. Mais lors du deuxième événement, sa mère est témoin de la scène. Quelques mois après cet épisode, elle le dénonce dans une lettre acheminée à René Bellemarre et à la Fédération d'haltérophilie du Québec. La Fédération réagit en lui interdisant de se trouver seul avec des personnes mineures.

Retour en cour

René Bellemarre doit revenir en cour le 16 avril lors des représentations sur sentence.

En mai 2017, il avait été acquitté alors qu'il faisait face à la justice dans un autre cas d'accusation d'agression sexuelle sur une autre personne mineure.

Abitibi–Témiscamingue

Justice et faits divers