•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hôpital de Saint-Quentin: moins de services que dans les hôpitaux de même taille

L'Hôtel-Dieu Saint-Joseph de Saint-Quentin souhaite recevoir un « statut spécial » de la province.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Radio-Canada

Les leaders de la région de Kedgwick et de Saint-Quentin réclament toujours que la province décrète un statut unique pour l'hôpital de Saint-Quentin. Chiffres à l'appui, ils reviennent à la charge en insistant sur la disparité entre leur hôpital et d'autres hôpitaux de petite taille du sud de la province.

À l’hôpital Hôtel-Dieu-Saint-Joseph de Saint-Quentin, une dizaine de services de soins de santé primaires ne sont plus offerts. Par exemple, depuis environ 10 ans, les services d’échographie, de laboratoires 24 heures sur 24 ou les soins préopératoires ont été retirés de l’hôpital de Saint-Quentin.

Des services qui, dans cinq hôpitaux de petite taille dans le sud de la province, sont pour la plupart, toujours offerts. « C'est en avançant dans la recherche de données qu'on s'est rendu compte qu'il y avait vraiment une grande différence au niveau des soins », raconte Joanne Fortin, présidente du Comité permanent de la santé de la région de Saint-Quentin.

L’exemple d’Oromocto est frappant: situé à seulement 22 km de Fredericton, l’hôpital offre tous les services coupés à Saint-Quentin, situé beaucoup plus loin d'un centre, à 103 km d’Edmundston.

Un total de six lits sont disponibles à l’hôpital de Saint-Quentin. Selon les recherches du comité, ce chiffre est bien en deçà de ce qui est offert dans les hôpitaux de même taille dans le sud du Nouveau-Brunswick.

45 lits sont disponibles à Oromocto et 21 à Sackville, près de Moncton.

Pourquoi nous en tant que francophones, on peut pas avoir cette proximité de services là? Qu'est-ce qui fait que vitalité ne peut pas nous donner ça?

Nicole Somers, mairesse de Saint-Quentin

Nicole Somers, la mairesse de Saint-Quentin, ainsi que les autres leaders régionaux, réclament plus de services, les leaders régionaux réclament toujours un statut unique pour l'hôpital, en raison de l'isolement dans laquelle se trouve la région.

S'il concède une certaine unicité à Saint-Quentin, Benoit Bourque, le ministre de la Santé, n'est quand même pas prêt à décréter le statut unique réclamé. Il ne veut pas ouvrir la porte à d’autres demandes de ce type. « Je suis convaincu que d'autres hôpitaux pourraient faire un cas, évidemment différent de celui de Saint-Quentin, mais qui pourrait être tout aussi valable », explique-t-il.

Si on sent une certaine exaspération chez la mairesse de Saint-Quentin, celle de Kedgwick, Janice Savoie, demande à la province de pousser la réflexion un pas plus loin. « Je pense que ça serait le moment propice de demander justement une étude indépendante de notre gouvernement pour comparer avec toutes les données qu'ils ont »,

Les intervenants concernés attendent toujours une réponse écrite ou une rencontre avec le gouvernement.

Avec les informations de Serge Bouchard

Nouveau-Brunswick

Société