•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Morts de baleines noires : les pêcheurs de crabe devront modifier leurs équipements

Le reportage d’Elisa Serret
Radio-Canada

Les pêcheurs de crabe des neiges devront modifier leurs engins de pêche afin de protéger les baleines noires de l'Atlantique Nord. Parmi les 12 baleines noires trouvées mortes cet été dans les eaux du golfe du Saint-Laurent, plusieurs sont mortes empêtrées dans des équipements de pêche.

Un texte de Catherine Allard

Les pêcheurs de crabe devront se plier à une série de nouvelles mesures, touchant principalement leurs engins de pêche, afin de réduire les risques d’empêtrement et de mieux comprendre les interactions entre les baleines et les équipements de pêche.

Ces nouvelles mesures ont été annoncées mardi par le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Dominic LeBlanc.

L’empêtrement dans des engins de pêche a été identifié comme une des causes principales de la mort de baleines noires dans le golfe du Saint-Laurent l'an dernier.

Les pêcheurs de crabe devront dorénavant :

  • réduire la quantité de cordages flottant à la surface de la mer;
  • marquer les cordages d’une couleur spécifique à chaque zone de pêche;
  • identifier les bouées à l’aide d’un numéro séquentiel;
  • déclarer toute perte d’engins de pêche à compter de 2018.


Empêtrement dans un filet de pêche : comment ça fonctionne?

Une baleine empêtré dans un câble de pêche.

Lorsque le cordage d'un filet de pêche est beaucoup plus long que la profondeur de l'océan, une certaine quantité de cordage excédentaire peut flotter près de la surface. Une baleine qui passe par là peut s'y prendre. Cela peut l'empêcher de se déplacer pour se nourrir ou de remonter à la surface pour respirer. La baleine peut mourir de faim, d'épuisement ou éventuellement se noyer.

Crédit pictos : Produit par Freepik, de Flaticon (Creative Commons BY 3.0)



L'amélioration de la gestion des engins de pêche avait été proposée comme moyen de protéger les baleines lors de la réunion annuelle du North Atlantic Right Whale Consortium, tenue à Halifax en octobre dernier.

Les autres suggestions incluaient la nécessité de modifier les engins de pêche, d'ajuster les saisons de pêche et de récupérer les casiers perdus et abandonnés dans le fond de l'océan.

Des mesures insuffisantes selon les crabiers

Le directeur général de la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels, Jean Lanteigne, applaudit les mesures présentées mardi, mais croit que le ministère aurait pu aller beaucoup plus loin.

Si on veut prévenir les incidents malheureux, ce n'est pas avec ce que le ministre a annoncé ce matin que ça va changer quelque chose. Il n'y a rien du tout qui prévient les accidents.

Jean Lanteigne, directeur général de la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels

Jean Lanteigne propose notamment de réduire le nombre d'équipements de pêche, dont les casiers. Il prône également une saison de pêche plus tôt, avant l'arrivée des baleines dans le golfe.

D'autres mesures à venir

Le ministre Dominic LeBlanc n'exclut pas un début de saison plus hâtif, mais pour cela il faudra que les brise-glaces de la Garde côtière canadienne soient disponibles.

« Ça dépendra de la disponibilité des brise-glaces. Il y a certaines urgences et certaines priorités en termes de voies navigables. Il faut un équilibre, entre déplacer un brise-glace pour ouvrir des ports de mer pour permettre à une saison de pêche de commencer plus tôt et la sécurité maritime dans le fleuve du Saint-Laurent par exemple », explique Dominic LeBlanc.

Il promet que d'autres mesures seront annoncées bientôt.

Le ministre des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc, lors du point de presse sur les nouvelles mesures pour sauver les baleines noires, mardi à Moncton.Le ministre des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc, lors du point de presse sur les nouvelles mesures pour sauver les baleines noires, mardi à Moncton. Photo : Radio-Canada

Des mortalités attribuables aux activités humaines

En tout, 17 baleines noires sont mortes l’an dernier dans le golfe du Saint-Laurent ou dans les eaux de la Nouvelle-Angleterre.

Des nécropsies ont été pratiquées sur sept baleines trouvées mortes dans le golfe depuis juin. De ce nombre, deux présentaient des signes évidents d'empêtrement et quatre ont succombé à un traumatisme, probablement à la suite de collisions avec un navire.

En août, Ottawa a imposé une limite de vitesse aux navires circulant dans le golfe du Saint-Laurent pour protéger les baleines.

La baleine noire de l’Atlantique Nord est une espèce fragile, en voie de disparition. Elle ne compterait plus que quelque 450 individus sur la planète.

Emplacements des baleines noires mortes

Les points rouges illustrent les endroits approximatifs où des baleines mortes ont été observées pour la première fois. Les points jaunes montrent les endroits où des baleines se sont prises dans des filets de pêche.

Environnement