•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les proprios d’appartements veulent bannir le cannabis

Une femme fume un joint.

Est-ce que ça vous dérangerait que votre voisine fume du pot dans son appartement?

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

Faire disparaître l'odeur de la marijuana dans un appartement peut coûter des milliers de dollars en frais de nettoyage, se plaignent des locateurs en Ontario, qui veulent pouvoir empêcher tout locataire d'en fumer, même si le cannabis doit être légalisé en juillet.

À l’heure actuelle, un propriétaire n’a pas le droit de modifier le bail d’un locataire avant qu’il n’expire.

C’est pourquoi la Fédération canadienne des associations de locateurs d’appartements, notamment, demande au gouvernement provincial de changer la réglementation sur les baux pour bannir le pot dès sa légalisation, et ce, pour tous les locataires.

Comme pour la fumée de cigarette, l’odeur [du pot] envahit les autres appartements.

John Dickie, président du regroupementCanadian Federation of Apartment Associations

La province planifie déjà d'interdire la consommation de la marijuana dans les espaces publics et au travail.

Fumer où?

De son côté, la gestionnaire d’un comptoir de marijuana médicinale Natasha Grimshaw dit que les locataires n’auront « plus aucun endroit » où fumer du cannabis si leur propriétaire bannit aussi le pot.

On a plus de liberté maintenant alors que le pot est illégal qu’on en aura lorsqu’il sera légalisé.

Natasha Grimshaw, militante

Elle pense qu’il devrait y avoir une pièce dédiée à la consommation de pot dans les tours de condos, par exemple.

Pour sa part, le gouvernement provincial évalue la possibilité de permettre l’aménagement de salons extérieurs près d’immeubles pour les fumeurs de cannabis.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Drogues et stupéfiants