•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

16 millions pour une nouvelle école secondaire française dans l'est de Toronto

Viamonde s'intéresse à l'école secondaire Greenwood dans l'est de Toronto

Viamonde s'intéresse à l'école secondaire Greenwood dans l'est de Toronto

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après des années de demandes en ce sens, le gouvernement provincial accepte de financer l'ouverture d'une école secondaire française dans l'est de la métropole, octroyant 16 millions de dollars au Conseil scolaire Viamonde.

Un texte de Julie-Anne Lamoureux

Le Conseil Viamonde avait présenté l'an dernier le projet de rénover l'ancienne école anglaise Greenwood, située dans l'est de Toronto, demandant 14 à 16 millions à la province.

Mais le projet avait soulevé l'opposition de parents.

Un dessin montrant une cour d'école sur un toit

La cour serait aménagée sur le toit de l'école.

Photo : Radio-Canada / Natasha MacDondald-Dupuis

Le communiqué provincial ne mentionne pas ce projet en particulier, se contentant de parler « d'une nouvelle école secondaire de langue française » dans l'est de la Ville Reine.

Toutefois, Viamonde maintient le cap sur son projet.

Greenwood, c’est encore notre plan A avec la vision qu’on a définie. Mais il reste encore beaucoup de travail à faire. Aujourd’hui, il faut célébrer.

Jean-François L’Heureux, président du Conseil Viamonde
Le président du conseil scolaire Viamonde, Jean-François L'Heureux

Le président du conseil scolaire Viamonde, Jean-François L'Heureux

Photo : Radio-Canada

Le nouvel établissement doit accueillir 500 élèves.

Opposition

Thomas Guillot remet les enveloppes contenant les lettres destinées à la ministre Mitzie Hunter.

Thomas Guillot remet les enveloppes contenant les lettres destinées à la ministre Mitzie Hunter.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Olivier Bernatchez

Des parents se sont mobilisés contre le projet de l'École Greenwood et ont envoyé des centaines de lettres de protestation à la ministre de l'Éducation. Selon eux, le projet de rénovation ne permettrait pas d'offrir aux élèves du secondaire une école équivalente à ce qui existe pour les élèves anglophones dans le quartier.

La Coalition de parents pour une école secondaire de quartier avait présenté une contre-proposition à Viamonde pour modifier le projet initial et rendre l'école équivalente, incluant l'ajout d'une cafétéria et d'un véritable auditorium.

Lianne Doucet, porte-parole de la coalition de parents croit que l'annonce provinciale est un premier pas, puisque le gouvernement reconnaît enfin, dit-elle, les besoins de la communauté. Mais, très émotive après des années de lutte pour obtenir une école, elle maintient que le projet de Viamonde tel que soumis à la communauté n’offrirait pas un environnement équivalent à ce qui est offert aux élèves anglophones.

Elle espère ainsi que Viamonde considérera d’autres options de terrain dans l’est de la ville.

On verra comment les choses tombent en place et on continuera à lutter pour l’équivalence.

Lianne Doucet, porte-parole d'une coalition de parents

Le député néo-démocrate Peter Tabuns, qui appuie les revendications de ces parents, estime que « le travail ne fait que commencer ».

« L’annonce d’aujourd’hui n’est toujours pas à la hauteur de ce besoin [d'une éducation de qualité équivalente], précise-t-il dans une déclaration écrite. Les parents continueront de se battre pour leurs droits linguistiques et pour un investissement dans l’éducation francophone qui soit un rempart contre l’assimilation. »

L’avocat Nicolas Rouleau, responsable de la poursuite initiée par certains parents contre le gouvernement, n'a pas l'intention de mettre fin aux procédures judiciaires pour l'instant. Il admet toutefois que la somme allouée de 16 millions est « un très bon début ». Selon lui, ça montre une reconnaissance de la part du gouvernement des besoins de la communauté.

Compromis?

Viamonde est confiant de pouvoir rallier la communauté à son projet de rénovation de l'École Greenwood.

Le conseil est ouvert à l'idée d'intégrer certaines propositions des parents pour bonifier le projet, mais ne peut garantir que toutes les demandes seront acceptées.

Des discussions doivent aussi avoir lieu avec la Ville pour avoir accès au parc Felstead situé à côté de l’École Greenwood et avec le conseil public anglais de Toronto (TDSB) pour devenir propriétaire de l’édifice et non pas simplement locataire.

La ministre des Affaires francophones de l’Ontario, Marie-France Lalonde, espère, elle, que Viamonde saura rassembler la communauté : « J’espère que le conseil va travailler avec cette dame [Lianne Doucet] pour lui montrer son engagement . »

Toronto

Société