•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de baleines noires : le Service américain des pêches poursuivi

Baleine empêtrée dans un filet de pêche échouée sur une plage.
La mort de cette baleine noire femelle, dont la carcasse a été retrouvée à Miscou au Nouveau-Brunswick, a été causée par l'empêtrement dans un filet de pêche, d'après Pêches et Océans Canada. Photo: CBC / Shane Fowler
Radio-Canada

Des groupes de protection de la nature poursuivent le Service national des pêches maritimes (National Marine Fisheries Service) aux États-Unis pour ne pas avoir suffisamment protégé, selon eux, les baleines noires de l'Atlantique Nord contre le danger de se retrouver prisonnières des filets de pêche.

La poursuite, déposée le 18 janvier devant une Cour fédérale à Washington, accuse l’organisme gouvernemental qui gère la pêche au homard aux États-Unis de contrevenir à deux lois américaines, celle sur les espèces menacées (Endangered Species Act) et la loi sur la protection des mammifères marins (Marine Mammal Protection Act).

Au moins 17 baleines noires de l’Atlantique Nord sont mortes dans les eaux canadiennes et américaines à l’été 2017. Des autopsies ont révélé que quatre de ces baleines sont mortes après une collision avec un navire, et trois après être restées prises dans des filets de pêche.

« 2017 a été une année dévastatrice pour l’espèce » dit Kristen Monsell, avocate au Center for Biological Diversity (« Centre pour la diversité biologique »), un organisme à but non lucratif aux États-Unis.

« La situation est véritablement devenue une crise et le gouvernement fédéral doit faire tout en son pouvoir pour sauver cette espèce des empêtrements [dans les filets de pêche] douloureux et mortels, avant qu’il ne soit trop tard. »

The Humane Society of the United States et Defenders of Wildlife, deux autres organismes à but non lucratif aux États-Unis, font aussi partie des plaignants.

Un bateau de chercheurs près d'une baleine morte flottant dans le golfe.Une baleine noire de l'Atlantique nord retrouvée morte dans le golfe du Saint-Laurent. Photo : La Presse canadienne / Marine Animal Response Society

L’objectif de cette poursuite est d’obliger le Service national des pêches maritimes à procéder à une étude des effets de la pêche commerciale sur les baleines noires de l’Atlantique Nord et d’adopter des mesures additionnelles pour prévenir l’enchevêtrement dans les filets.

L’empêtrement, « menace la plus sérieuse » à la sécurité des baleines noires

Mme Monsell croit qu’une des mesures à envisager est l’utilisation de filets moins solides, qui céderaient plus facilement lorsqu’une baleine commence à s’y empêtrer, permettant à l’animal de se libérer sans être sérieusement blessé.

La pêche sans filet est une autre alternative. « La technologie existe », insiste Mme Monsell.

Mme Monsell soutient que la pêche au homard est le type de pêche utilisant un équipement fixe qui est le plus répandu en Amérique du Nord.

Des mesures déjà adoptées pour prévenir les collisions

À l’instar du gouvernement canadien, le gouvernement américain a déjà adopté des mesures qui obligent les navires à respecter une vitesse de 10 noeuds (18,5 km/h) ou moins en certains endroits, à certains moments de l’année.

« Cette mesure a été efficace pour réduire les collisions avec les navires », reconnaît Mme Monsell. « Nous pensons qu’elle pourrait être plus sévère, mais elle a réduit de manière significative le nombre de baleines noires tuées après une collision avec un navire aux États-Unis. »

Avec l’empêtrement dans les filets de pêche commerciale, les collisions avec les navires sont l’autre grande menace à la sécurité et la survie des baleines noires de l’Atlantique Nord.

Un casier rouillé pour la pêche au crabe des neiges est examiné par un homme sur une plage.Ce casier rouillé qui était utilisé pour la pêche au crabe des neiges a été retrouvé sur la carcasse d'une baleine noire, à Miscou au Nouveau-Brunswick. Photo : CBC / Courtoisie de Liam Shea

Au Canada, le gouvernement a décidé de limiter la vitesse des navires de 20 mètres de long et plus à 10 noeuds dans les eaux de la partie ouest du golfe du Saint-Laurent, allant de la rive nord du Québec au nord de l’Île-du-Prince-Édouard.

Du 11 août 2017 au 11 janvier 2018, un total de 542 navires ont été accusés d'avoir contrevenu à cette limite de vitesse imposée par Transports Canada.

Mme Monsell applaudit la décision du gouvernement canadien et espère que les limites de vitesse seront réinstaurées lorsque les baleines noires seront de retour. Les limites ont été levées le 11 janvier afin d’assurer la manœuvrabilité des navires dans les conditions hivernales et pour la sécurité des exploitants. Les baleines noires ne se trouvent généralement pas dans ces eaux à cette période de l’année.

Elle attire aussi l’attention sur les risques possibles occasionnés par la pêche au crabe des neiges.

« Quand une baleine reste coincée dans l’équipement de pêche au crabe des neiges, il y a un risque que cela mène à la mort de la baleine », dit-elle.

La baleine noire de l’Atlantique Nord est une espèce menacée. Il ne resterait dans le monde que 500 individus.

Avec les informations de CBC

Nouveau-Brunswick

Faune marine