•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retour de l'arnaque des thermopompes

Une thermopompe sur le balcon d'une demeure.
Les entreprises de vente itinérante de thermopompes veulent généralement que les contrats soient signés la même journée. Une pression qui devrait alerter automatiquement les consommateurs. Photo: Radio-Canada

Au début des années 2000, La facture a produit plusieurs reportages sur des vendeurs itinérants qui offraient des thermopompes de moindre qualité, à des prix excessifs. On croyait que c'était fini. Mais voilà que l'arnaque se poursuit dans diverses régions du Québec.

Un texte d'Yvan Lamontagne, de La facture

Une fois encore, beaucoup de propriétaires se sont fait prendre au piège par des vendeurs itinérants. Les représentants de deux entreprises ont dit aux acheteurs potentiels que les thermopompes ne coûteraient rien au bout du compte, grâce aux économies d’énergie qu’elles généreraient.

C'est le cas de Michel Langlois, qui vit dans une maison mal isolée qui lui coûte cher en électricité. Il a reçu un appel de la représentante de Services M&M, une entreprise de vente itinérante de thermopompes, qui lui a tendu habilement un piège.

« Elle était très sympathique, je lui aurais donné le Bon Dieu sans confession. Elle me disait que ça allait réduire considérablement ma facture d’électricité », explique M. Langlois.

Louis-Vincent Fillion Pratte s’est fait tendre le même piège, mais par une autre entreprise, Air Confort Dépôt. « Deux personnes sont venues un vendredi soir. Elles étaient là pour nous parler des appareils et des économies d’énergie, qui pouvaient aller jusqu’à 48 % », raconte-t-il.

Les deux entreprises utilisent aussi un autre appât pour convaincre les clients potentiels : le programme RénoVert. Il s'agit d'un crédit d’impôt offert par le gouvernement québécois pour encourager les économies d’énergie. Ça représente tout de même près de 3000 $ pour M. Fillion Pratte.

Et ce n’est pas tout. Les entreprises offrent en plus un chèque-cadeau de 750 $, à la signature du contrat.

Les entreprises de vente itinérante de thermopompes veulent généralement que les contrats soient signés la même journée. Ce type de pression devrait alerter automatiquement les consommateurs d'une possible arnaque.

Louis-Vincent Fillion Pratte signe un contrat pour l’achat de deux thermopompes qui lui coûtent 16 096 $. Avec le financement, la facture s’élève à près de 20 000 $.

Michel Langlois a pour sa part signé un contrat de 13 797 $, taxes incluses, payables sur 10 ans, pour une seule thermopompe. Avec un financement de 9,9 % par année, il doit débourser 21 805 $ pour un appareil de plus ou moins bonne qualité.

La facture a voulu connaître la valeur réelle d’une thermopompe de 12 000 BTU comme celle achetée par M. Langlois.

Le commerçant beauceron Serge Gagné estime qu'une thermopompe comparable devrait coûter environ 3000 $, installation incluse. « Ce sont des produits d’entrée de gamme, vendus à des prix exorbitants », explique M. Gagné.

Autre élément qui surprend : plusieurs entreprises peuvent se trouver dans la même transaction. M. Langlois, par exemple, a acheté sa thermopompe de Services M&M, mais c’est Groupe Éco-Confort qui a rempli le crédit d’impôt RénoVert. Et une troisième entreprise lui a fait parvenir son chèque-cadeau.

Louis-Vincent Fillion Pratte est assis dans une cuisine lors d'une entrevue pour l'émission La facture.Louis-Vincent Fillion Pratte s’est fait avoir par l'entreprise Air Confort Dépôt, qui lui a laissé une facture de près de 20 000 $. Photo : Radio-Canada

Réponses aux nombreuses plaintes

Services M&M a accumulé une dizaine de plaintes à l’Office de la protection du consommateur (OPC). L’entreprise a refusé de nous accorder une entrevue.

Air Confort Dépôt a refusé de répondre à nos questions puisque le dossier est actuellement devant les tribunaux.

Quant à Groupe Éco-Confort, nous avons tenté à maintes reprises de joindre son président, sans succès. Cette entreprise fait non seulement l’objet de plus de 100 plaintes, mais l’OPC a aussi déposé des poursuites contre elle.

Aide pour les consommateurs

François Décary, qui dirige l’ACEF Appalaches-Beauce-Etchemins, a fait de la vente itinérante de thermopompes son cheval de bataille. Depuis avril 2016, il a accompagné 49 personnes qui ont été flouées de la même façon. La valeur de ces transactions litigieuses s’élève à près de 1 million de dollars.

« C’est de l’argent qui sort de chez nous pour enrichir des personnes peu scrupuleuses qui profitent de la vulnérabilité des gens », déplore M. Décary.

Michel Langlois a réussi à se sortir du piège grâce au directeur de l’ACEF, François Décary, qui lui a conseillé d’annuler le contrat dans les 10 jours après sa signature, comme le permet la loi pour les ventes itinérantes.

Louis-Vincent Fillion Pratte a lui aussi voulu annuler son contrat, mais les 10 jours étaient passés. Il devra maintenant défendre sa cause devant la Cour du Québec.

Des conseils pour les propriétaires intéressés par l'achat d'une thermopompe? Ne cédez pas aux pressions lors d'une visite d’un vendeur itinérant et allez chercher d’autres soumissions de commerçants qui ont pignon sur rue.

Interdire la sollicitation?

L’Alberta a décidé de contrer ce type d’abus. Depuis le début 2017, le gouvernement interdit toute vente itinérante de produits liés à l’énergie, y compris les thermopompes.

Pourquoi le Québec ne fait-il pas la même chose? « Je regarde les projets de loi qui ont été adoptés dans les autres provinces canadiennes. On va mieux se documenter. Si le Québec doit aller plus loin, on ira », a déclaré la nouvelle ministre responsable de la protection du consommateur et de l’habitation, Lise Thériault.

Le reportage complet sur l'arnaque des thermopompes est diffusé le 23 janvier à La facture sur ICI Radio-Canada Télé.

Société