•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Marcel Dubé, porte-parole de la vie ordinaire

    Le dramaturge, assis sur un bureau, tient un texte à la main.
    Marcel Dubé, en 1959 Photo: Radio-Canada / Henri Paul
    Radio-Canada

    Le 23 janvier 1953, Marcel Dubé présente Zone pour la première fois devant public, lors du Festival d'art dramatique de l'ouest du Québec. Cette pièce marque la naissance d'un théâtre dramatique canadien-français. Peu de temps après, Marcel Dubé devient un auteur-vedette de Radio-Canada. Retrouvez-le en entrevue dans les années 1960.

    La télévision, une « aventure grisante »

    Marcel Dubé signe de nombreux textes pour la radio et la télévision de Radio-Canada. Il met dans la bouche de ses personnages une langue populaire, quasi absente des ondes à l’époque. Dans les années 1950, lorsqu’il commence à écrire pour le petit écran, le média est encore récent. La journaliste Jeanne Sauvé l’interroge à ce sujet pour l’émission F = MA du 26 avril 1964.

    F = MA, 26 avril 1964

    Le dramaturge affirme qu’il existe un danger à trop s’ancrer dans le travail pour la télévision. « Il y a un risque de se trouver devant un mur et de ne pas pouvoir en sortir ». Pour lui, l’écriture théâtrale, telle celle d’un roman, peut survivre beaucoup plus longtemps.

    La jeunesse comme source d’inspiration

    En 1968, l’animateur Guy Boucher reçoit Marcel Dubé à l’émission Jeunesse oblige. Dans un studio enfumé, le dramaturge raconte le quartier de son enfance, à Montréal. Dans la paroisse Saint-Vincent-de-Paul, rue Logan, il avait l’impression de vivre dans un village. Là-bas, il régnait « une sorte d’intimité, une sorte de familiarité, une sorte de camaraderie qui n’existait pas ailleurs. »

    Je n’ai pas souffert de vivre en ville.

    Marcel Dubé, en 1968
    Jeunesse oblige, 10 mai 1968

    Cette vie urbaine au sein d’une bande d’amis, dans un secteur ouvrier, lui sert d’inspiration pour Zone. L’intrigue de la pièce se construit autour d’un groupe de jeunes contrebandiers de cigarettes issus d’un quartier populaire de Montréal. Un récit qui se situe entre l’enfance et l’âge adulte.

    Marcel Dubé à Radio-Canada

    Marcel Dubé adapte plusieurs pièces portées à l’écran telles que Le Temps des lilas et Au retour des oies blanches. Il en écrit aussi directement pour la télévision. Un simple soldat, un de ses textes majeurs, est d’abord présenté sous forme de téléthéâtre en 1957, avant d’être monté au théâtre l’année suivante.

    En 1977, l’émission L’heure de pointe présente une adaptation de Zone avec les comédiens Jean Leclerc et Marielle Bernard. Dans cet extrait du troisième acte, le personnage de Tarzan confesse son affection pour Ciboulette. « Pour la première fois de ma vie, je vais dire à une fille que je l’aime », dit le protagoniste à la jeune femme.

    L’Heure de pointe, 30 novembre 1977

    Bien qu’éclipsé par l’arrivée de dramaturges comme Michel Tremblay, Marcel Dubé demeure une des figures les plus marquantes du théâtre québécois. Tout au long de sa carrière, il reçoit de nombreux prix et distinctions.

    Il s’éteint durant son sommeil, le 7 avril 2016, à l’âge de 86 ans.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Arts