•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cryptomonnaies : le maire de Matane surpris par l'orientation d'Hydro-Québec

Plusieurs joueurs asiatiques de l'industrie des cryptomonnaies ont contacté Hydro-Québec, car ils cherchent un endroit pour installer leurs immenses centres informatiques, particulièrement gourmands en électricité.

Photo : Radio-Canada / Bahador Zabihiyan

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Jérôme Landry se dit surpris de l'incapacité d'Hydro-Québec à répondre aux demandes des acteurs de l'industrie des cryptomonnaies qui souhaitent s'installer dans la province pour profiter des bas prix de l'électricité.

Un texte de Félix Morrissette-Beaulieu

Les surplus en électricité engrangés par le secteur éolien auraient pu donner la marge de manœuvre nécessaire à Hydro-Québec pour le développement de cette industrie en pleine expansion, déplore le maire.

C'est des projets, depuis quelques années, dont on entend beaucoup parler. C'est comme si on avait décidé d'improviser en mettant de côté le développement de l'éolien, en sachant quand même qu'il y avait une possibilité de développer des projets avec la nouvelle économie.

Jérôme Landry, maire de Matane

Hydro-Québec a mis un frein au développement de l'énergie éolienne, croit Jérôme Landry.

La société d'État soutient qu'elle ne sera pas en mesure de répondre à l'ensemble de la demande prévue à long terme dans le secteur des cryptomonnaies et souhaite revoir sa stratégie commerciale. La semaine dernière, Hydro-Québec disait recevoir une douzaine de demandes par jour pour l'installation de « mines » potentielles.

À la recherche d'énergie propre

Les entreprises spécialisées dans les cyptomonnaies sont souvent à la recherche d’énergie renouvelable, selon Éric Filion, vice-président clientèle d’Hydro-Québec.

« [Il serait] grandement avantageux, pour ces grands promoteurs-là, d’avoir une énergie renouvelable, à un coût aussi abordable », croit M. Landry.

Jérôme Landry, maire de MataneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jérôme Landry, maire de Matane

Photo : Radio-Canada

Le maire compte discuter avec d’Hydro-Québec de la question des surplus énergétiques lors du colloque de l’Association québécoise de la production d’énergie renouvelable, qui a lieu les 7 et 8 février à Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !