•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le meilleur ramen à Toronto : la liste ultime

Un bol de soupe ramen - le meilleur ramen à Toronto - Kyouka
Le meilleur ramen à Toronto : Kyouka, dans les Beaches Photo: Radio-Canada / Cédric Lizotte

J'ai visité tous les restaurants de ramen de Toronto au moins deux fois. J'y ai mangé deux ramens différents. Et j'ai fait la liste du meilleur ramen à Toronto - et de ceux que j'aime moins.

Une chronique de Cédric Lizotte

Il y a quelque chose d'exaltant à manger un bol de ramen. Et il n’y a rien d’élégant au procédé.

Je finis toujours par en mettre un peu sur mes joues, sur mon nez. La tête penchée, le nez presque dans le bol, je suis enveloppé par l’arôme de la soupe. Et malgré de nombreuses années d’expérience à manger avec des baguettes, je finis toujours par échapper un bout d’oeuf mollet, qui retombe et m’éclabousse de bouillon de porc, sur le menton et sur la chemise.

La soupe ramen, à Toronto, est très populaire, si on juge en constatant les files d’attente interminables devant Hokkaido Ramen Santouka et Konjiki à l’heure du lunch.

Et si certaines succursales dans la Ville Reine offrent des bols de soupe aussi bons qu’au Japon, il y a aussi quelques imposteurs.

J’ai donc pris ma carte mensuelle de la CTT et trimballé mon appétit d’un bout à l’autre de la ville pour tester tous les ramens et vous faire un rapport. Chaque bol m'a coûté entre 12 et 18 dollars.

Je n’ai choisi que les restaurants qui n’ont que des ramens sur leur menu, comme au Japon. La seule exception : Momofuku Noodle Bar. Surtout parce que son ramen est si célèbre.

Et à chaque endroit, j’ai testé un ramen de base ainsi que leur spécialité.

Il faut savoir que c’est la composition du bouillon qui dicte le type de ramen. Aussi, les autres composantes à l’exception du bouillon restent largement les mêmes d’une soupe à l’autre : nouilles alcalines, tranche de porc braisé, oeuf mollet, pousses de bambou marinées, feuille de nori, oignons verts.

Avant de débuter, voici un petit glossaire pour les débutants :

  • Shio - bouillon au sel de mer
  • Shoyu - bouillon à la sauce soja
  • Tonkotsu - bouillon à base de porc
  • Tsukemen - nouilles froides, bouillon concentré à part
  • Chashu - Tranche de roulade de porc braisé
Un bol de soupe. meilleur ramen à TorontoAgrandir l’imageLe secret réside dans la boule de pâte orangée. Le meilleur ramen à Toronto : Momofuku Noodle Bar, au centre-ville Photo : Radio-Canada / Cédric Lizotte

5 ÉTOILES

Momofuku Noodle Bar (Nouvelle fenêtre)

C’est l’exception qui confirme la règle, puisqu’il s’agit du seul resto répertorié ici qui sert autre chose que du ramen. Je l’inclus surtout parce qu’il est si célèbre.

Le secret? Une petite quenelle de pâte épicée et goûteuse est déposée en plein milieu du bol, sur les nouilles. Au contact du bouillon, la boulette d’épices se dissout tranquillement et se mélange au jaune coulant de l’oeuf mollet, ce qui fait évoluer le goût et la texture de la soupe d’une bouchée à l’autre. Ah, et c’est aussi la meilleure poitrine de porc jamais servie. Inventif et original.

Un bol de soupe. meilleur ramen à TorontoAgrandir l’imageLe meilleur ramen à Toronto : Konjiki, dans North York Photo : Radio-Canada / Cédric Lizotte

Konjiki (Nouvelle fenêtre)

C’est un tout nouveau restaurant qui a fait les manchettes à son ouverture. Un chef venu tout droit de Tokyo nous offre son ramen rehaussé.

J’y ai essayé la spécialité de la maison - un bouillon à base de palourdes et de truffes - ainsi que le tonkotsu. Ce dernier est très original et comprend de la crème, mais est un peu fade.

Le ramen à la palourde et à la truffe, cependant, est tout simplement exceptionnel. L’arôme de truffe domine; une toute petite quantité de truffe hachée orne la tranche de chashu; au goût, c’est le mollusque qui prend les devants; puis l’arôme de truffe revient à l’avant-plan et nous pousse à manger plus. Spectaculaire.

4 ÉTOILES

Isshin (Nouvelle fenêtre)

Il s’agit d’un resto unique à Toronto puisque les proprios sont du coin.

Pas de tonkotsu à Isshin : la spécialité, c’est le shoyu.

J’y ai essayé le tsukemen ainsi que « Kotteri rich shoyu ». Dans les deux cas, les nouilles étaient parfaitement cuites et al dente, et le bouillon assaisonné avec précision. Si je voulais ergoter sur les détails, je dirais que le chashu est un brin trop près du profil de goût du jambon fumé à mon goût, mais bon…

Hokkaido Ramen Santouka (Nouvelle fenêtre)

Il s’agit d’une chaîne japonaise avec 17 succursales au Japon et 38 partout dans le monde.

Le ramen associé à la région d’Hokkaido contient du miso, et donc les bols servis chez Santouka aussi.

Pour moi, c’est le standard, c’est le ramen auquel je compare tous les autres. Leur tsukemen est un peu fade, mais toutes les autres soupes - miso et miso épicé, surtout - sont superbes.

Raijin (Nouvelle fenêtre)

À Raijin, tout est bon. Toutes les soupes, tous les éléments de toutes les soupes, tous les desserts, le service… tout.

Un bol de soupe. meilleur ramen à TorontoAgrandir l’imageLe meilleur ramen à Toronto : Hakata Shoryuken, dans North York Photo : Radio-Canada / Cédric Lizotte

Hakata Shoryuken (Nouvelle fenêtre)

Ce restaurant de North York se spécialise dans le ramen de porc - une niche dans une niche. Leur bouillon est riche, intense, goûte le cochon à fond, et est si saturé de collagène qu’il colle aux nouilles. L’oeuf mollet vient en extra… n’oubliez pas de le commander!

3 ÉTOILES

Je n’hésite jamais à luncher dans un de ces restaurants de ramen. Ils n’ont rien d’exceptionnel, mais quand on doit manger sur le pouce et qu’on a le choix entre un burger fait de clown, le sous-marin de Jared ou un ramen de ces cinq restos, le choix est facile.

Un bol de soupe. meilleur ramen à TorontoLe meilleur ramen à Toronto : Sansotei, sur Dundas W. Photo : Radio-Canada / Cédric Lizotte


À
ÉVITER

Kenzo
(Nouvelle fenêtre)

Les nouilles sont trop cuites, le chashu goûte le gaz propane, le bouillon a un arôme de poudre Knorr.

Ajisen (Nouvelle fenêtre)

Je dois avouer ne pas avoir visité celui-ci à deux reprises. Je considère avoir gagné mon ciel avec la souffrance d’un seul bol de ce produit infect.

Le menu offre un million d’items, ce qui n’est jamais un bon signe. Les grosses gouttes de gras qui collent au bol suggèrent que ma soupe a été réchauffée au micro-ondes. Ce sont clairement des nouilles wonton et non pas des ramens. L’arôme principal de la soupe? L’ail ranci.

Gastronomie

Alimentation