•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gaétan Lelièvre demande de nouveaux budgets pour l'hébergement des aînés

Une aînée lit un livre.
Une aînée lit un livre. Photo: Radio-Canada

Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, dénonce la diminution de l'aide financière accordée aux petites municipalités pour la construction et l'agrandissement de résidences pour aînés.

Un texte de Joane Bérubé

Le député rappelle qu’avant 2014, Québec versait, dans le cadre de sa stratégie d’occupation du territoire, une aide supplémentaire aux petites municipalités dévitalisées qui permettait de diminuer leur mise de fonds de 25 à 10 %.

Ainsi à Grande-Vallée, où le projet d’agrandissement de la Maison des aînés n’arrive pas à se concrétiser faute d'avoir les fonds nécessaires en provenance du milieu, la contribution exigée de la municipalité aurait été de 150 000 $ au lieu de 700 000 $, comme c’est maintenant le cas.

À Grande-Vallée, les besoins sont pourtant là. Plus de 80 personnes sont sur une liste d'attente et la résidence actuelle déborde.

Selon le député Gaétan Lelièvre, d’autres petites communautés de la circonscription de Gaspé sont aux prises avec des problèmes semblables à celui de Grande-Vallée. C’est le cas, énumère-t-il, à Sainte-Thérèse, à Saint-Maurice et à Petit-Cap.

90 % des projets de logements sociaux en Gaspésie sont retardés ou carrément abandonnés depuis 2014.

Gaétan Lelievre, député de Gaspé

Un programme sans argent

D’après le député, le programme n’a pas été aboli, mais le gouvernement n’y met plus d’argent.

« L’enveloppe est vide, dit-il, quand une municipalité s’adresse au gouvernement, à la Société d’habitation du Québec, on lui dit que c’est le programme régulier qui s’applique, soit 25 % de mise de fonds. »

M. Lelièvre rappelle qu’en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent, la majorité des municipalités auraient droit à une aide supplémentaire puisqu’elles sont jugées dévitalisées, c’est-à-dire que leur indice de richesse est plus bas que celui de la moyenne des municipalités du Québec.

Panneau qui affiche la Maison des Aînés située dans la municipalité de Grande-Vallée en Gaspésie. La Maison des Aînés de Grande-Vallée Photo : Radio-Canada

Gaétan Lelièvre demande au ministère des Affaires municipales de rétablir ces budgets afin de permettre aux aînés de demeurer dans leur village.

Pour lui, cette situation est inéquitable puisque Québec juge de la même manière Grande-Vallée et des municipalités comme Québec ou Sherbrooke qui disposent de revenus fonciers beaucoup plus importants. « C’est un recul important en termes de décentralisation et de modulation de programme », soutient le député de Gaspé.

Gaétan Lelièvre rappelle que le gouvernement dispose de surplus budgétaire de 6 milliards de dollars et qu’il est de son devoir d’en consacrer une partie aux aînés du Québec, notamment ceux des petites municipalités de la Gaspésie.

Société