•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quelle puissance pour le cannabis?

Un plant de cannabis Photo: Radio-Canada / Josée Ducharme
Radio-Canada

Faut-il limiter la concentration en THC du cannabis séché qui sera bientôt vendu légalement? Ottawa a ignoré les conseils d'experts du monde médical. Québec est en train d'y réfléchir. Sans une intervention des provinces, des produits puissants seront sur les tablettes.

Un texte de Louis Blouin, correspondant parlementaire à Ottawa

Selon les paramètres fixés par le gouvernement de Justin Trudeau, du cannabis séché atteignant une concentration de près de 30 % de THC, le principal élément psychoactif du cannabis qui entraîne l'effet euphorisant, pourrait être vendu. C'est une drogue 10 fois plus puissante que la marijuana consommée dans les années 1980.

Bien entendu, des produits plus doux seront aussi disponibles. Un peu comme si on donnait le choix aux consommateurs entre acheter de la bière, du vin ou de la vodka.

Une limite réclamée

Depuis des mois, des experts lancent des avertissements. La Société canadienne de pédiatrie a recommandé au gouvernement Trudeau de limiter le taux de THC pour les consommateurs de 18 à 25 ans pour protéger le développement du cerveau.

« Le cortex frontal, responsable des processus cognitifs de haut niveau, tels que le jugement et la prise de décision, subit des changements rapides et, par conséquent, est plus sensible au THC », peut-on lire dans un document soumis au gouvernement fédéral.

Le groupe de travail fédéral sur la légalisation de la marijuana a suggéré « un régime fiscal fondé sur la puissance » pour décourager l'achat des produits plus forts.

Pourtant, le gouvernement fédéral n'a pas retenu ces recommandations dans sa proposition de cadre réglementaire. Il revient donc aux provinces de décider si elles imposeront une limite sur les produits séchés.

Un contenant de cannabis à usage médicinal du producteur canadien Tweed. Une fois la légalisation en vigueur, le taux de THC devra être indiqué sur les étiquettes des produits vendus. Photo : Radio-Canada

La semaine dernière, en commission parlementaire à l'Assemblée nationale, l'Association des médecins psychiatres du Québec (AMPQ) a demandé que le taux de THC soit limité à 15 % pour les acheteurs de 21 ans et plus et à 8 % pour les acheteurs de 18 à 21 ans.

Plus vous commencez jeune, plus il y a des risques de dépendance et de psychose.

Dre Karine J. Igartua, présidente de l'AMPQ

Rappelons qu'Ottawa a prévu une limite de THC pour l'huile de cannabis (30 milligrammes par millilitre), mais pas pour le cannabis séché qui doit être vendu à compter de l'été.

C'est connu, la puissance de la marijuana a beaucoup changé au fil du temps. Des méthodes de culture plus évoluées et la sélection des plants ont permis d'augmenter sensiblement la concentration de THC.

Taux de THC dans le cannabis

  • 1960 : 1,5 %
  • 1980 : 3 %
  • 2014 : 5 à 11 %

Source : Les effets du cannabis sur la conduite automobile, INSPQ

Les producteurs prêts

Une limite n'est pas nécessaire, selon Adam Greenblatt, représentant des marques au Québec pour le géant du cannabis médical Canopy Growth. Pour lui, la clé est de bien informer le consommateur au moment de la vente et de moduler la consommation en fonction de la puissance du produit.

C'est aux utilisateurs de faire leurs choix et c'est aussi aux détaillants de bien recommander les variétés en fonction des sensibilités et des besoins du consommateur.

Adam Greenblatt, représentant des marques au Québec, Canopy Growth
Du cannabis à usage médicinal dans l'entrepôt du producteur Tweed en Ontario, propriété de Canopy Growth. Du cannabis à usage médicinal dans l'entrepôt du producteur Tweed en Ontario, propriété de Canopy Growth. Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

En ce moment, l'entreprise Canopy Growth serait en mesure de commercialiser une trentaine de variétés de cannabis sur le marché récréatif. La concentration en THC de ses produits séchés à usage médicinal varie de 2 % à plus de 20 %.

Selon Adam Greenblatt, un produit dont la concentration dépasse les 20 % serait recommandé pour un consommateur expérimenté. Il explique que le fait d'absorber trop de THC peut entraîner des effets temporaires de paranoïa, de fatigue et de faim.

Politique fédérale

Politique