•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des étudiants payés pour enseigner le français aux petits commerçants de Montréal

Amelia, étudiante, enseigne le français à Jordan, un coiffeur originaire de Winnipeg ayant aménagé à Montréal il y a un an et demi.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain a trouvé un moyen original et efficace pour permettre aux petits commerçants d'apprendre le français.

L'organisme a annoncé vendredi qu'il étendait à trois arrondissements à haute densité d'immigrants son projet pilote de francisation dans les petits commerces.

La francisation des petits commerçants a toujours représenté un défi. Ils font en effet de très longues heures et ils ont rarement le temps de s'absenter pour suivre des cours de français.

La Chambre a cependant eu beaucoup de succès avec son projet pilote, qui consiste à jumeler des étudiants universitaires à des petits commerçants pour leur donner des cours de français sur leur lieu de travail.

Les étudiants se présentent au commerce deux heures par semaine durant 12 semaines pour cet apprentissage.

De plus, le commerçant lui-même porte une épinglette sur laquelle est inscrit « J'apprends le français, encouragez-moi », ce qui mène apparemment à une participation enthousiaste des clients.

Une cliente montre à Emma un vêtement qu'elle aimerait faire réparer.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Emma, couturière, peut maintenant parler en français avec ses clients.

Photo : Radio-Canada

Les 30 commerçants qui ont participé au projet pilote ont vu leurs compétences en français s'améliorer, des résultats mesurables qui ont suscité de l'intérêt de plusieurs entreprises jusqu'en France, selon le président et directeur général de la Chambre, Michel Leblanc.

La démarche a également été remarquée à Québec, qui avait délégué vendredi matin la ministre responsable de la Charte de la langue française, Marie Montpetit, pour annoncer un soutien de 500 000 $ au projet.

Une vingtaine d'étudiants – qui sont rémunérés pour la tâche – doivent être recrutés et l'objectif est de former 160 commerçants d'ici le mois de mars.

Le projet pilote avait été amorcé dans l'arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Il s'y poursuivra et sera étendu aux arrondissements de Saint-Laurent et de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Nouveaux arrivants