•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Marche des femmes au-delà de Donald Trump à Ottawa

De 6 000 à 8 000 personnes selon les estimations de la police sont descendues dans les rues d'Ottawa pour la « Marche des femmes ».

Des milliers de personnes ont pris part à la Marche des femmes à Ottawa en 2017.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

On ne parlera pas beaucoup de Donald Trump lors de la deuxième Marche des femmes à Ottawa samedi. L'événement, qui avait été créé en janvier 2017 pour protester contre l'élection de Donald Trump aux États-Unis, s'était déroulé dans environ 700 communautés dans une soixantaine de pays.

Une responsable de l'événement d'Ottawa, Catherine Butler, soutient que l'élection de Donald Trump a provoqué une réflexion sur le droit des femmes et que « la conversation a, depuis, beaucoup évolué ».

Mme Butler indique que cette année, l'événement porte plus sur la problématique canadienne.

Elle souligne que, même si le droit assure l'égalité entre les hommes et les femmes, en pratique, beaucoup de disparités demeurent entre les deux sexes sur les plans économique et social.

Nous avons encore beaucoup de chemin à faire pour éliminer le harcèlement, pour assurer la sécurité des femmes, pour assurer qu'elles ont accès aux mêmes emplois ou aux mêmes offres que les hommes.

Catherine Butler, responsable de la Marche des femmes à Ottawa

C'est pourquoi la marche portera cette année sur l'importance d'encourager la participation des femmes à tous les ordres de gouvernement.

La Marche des femmes 2018 commencera sur la colline du Parlement à midi. Les participants doivent emprunter les rues Wellington vers l'ouest, Bank vers le sud, l'avenue Laurier vers l'ouest et la rue Bronson vers le sud, pour se terminer au Bronson Centre.

Les organisateurs enjoignent les personnes qui ont l'intention d'y prendre part à porter un foulard rouge en hommage aux femmes et filles autochtones disparues ou assassinées.

À Ottawa, la manifestation avait attiré plusieurs milliers de personnes en 2017.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !