•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’imam québécois qui a fait le tour du monde

Hassan Guillet, porte-parole du Conseil des imams du Québec

Hassan Guillet, porte-parole du Conseil des imams du Québec

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le lendemain de la tuerie dans la mosquée de Québec, le sermon de l'imam Hassan Guillet a fait le tour du monde. Rencontre avec cet homme dont les propos ont été repris par Le Monde et The Guardian et par l'auteure de la série Harry Potter, J.K. Rowling.

Un texte de Alain Crevier, de Second regard

Le soir du 29 janvier 2017, Hassan Guillet célébrait l’anniversaire de son fils lorsque son téléphone s’est mis à vibrer frénétiquement.

Il dit s’être figé en voyant les premières images sur RDI. « Je pensais au petit garçon que je ne connaissais pas et qui ne pouvait pas, le lendemain, aller à l’école parce que quelqu’un était venu assassiner son père, à la mosquée, pour rien. »

M. Guillet ne le savait pas encore, mais c’est à lui que l'on confiera le sermon pour les funérailles de trois des victimes. Un discours qu’il prononcera sans notes, en trois langues et qui va surprendre tout le monde.

Devant lui, il y a les veuves, les orphelins, des musulmans en larmes et une société en état de choc, encore surprise qu’une telle tragédie puisse se produire sur son territoire.

Des milliers de personnes écoutent le discours de l'imam Guillet au centre des congrès de Québec.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'imam Guillet a donné un discours devant des milliers de personnes après l'attentat de Québec.

Photo : Radio-Canada

« Il y a encore une victime dont on n’a pas parlé, a dit l’imam Guillet. Et cette victime s’appelle Alexandre Bissonnette. »

Qui est responsable? Nous tous!

Hassan Guillet, imam de la mosquée de Québec

Certains ont loué les paroles de l’imam. D’autres s’en sont choqués.

Imam Guillet, porte-parole du Conseil des imams du QuébecAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Imam Guillet, porte-parole du Conseil des imams du Québec

Photo : Radio-Canada

« Je me suis dit : “Mais qui es-tu, toi, Hassan Guillet, pour venir faire la morale à ces gens-là? Mets-toi à leur place”, raconte l’imam. Justement, je me suis mis à leur place. Je me suis dit : “Non, il faut que la vérité sorte”. La responsabilité est très grave sur nos épaules à nous tous. »

Cliquez pour écouter l'entrevue complète avec l'imam HassanGuillet à l'émission Second Regard.

« Je suis plus québécois que beaucoup de Québécois »

Hassan Guillet est libanais d’origine. Jeune, il rêvait de faire ses études au Québec.

Sa mère n’y tenait pas. « Si tu pars, lui a-t-elle dit, tu ne reviendras jamais. » Elle n’avait pas tort : ça fait maintenant 45 ans qu’il est ici.

M. Guillet a quitté le Liban dans les années 1970, quelques mois à peine avant que n’éclate une terrifiante guerre civile. À l’époque, beaucoup de Libanais se sont réfugiés au Québec. Lui, il y est resté.

Ça fait 40 et quelques années que je suis ici et tous les Québécois qui ont moins de 50 ans, je suis plus québécois qu'eux, c'est certain!

Hassan Guillet, imam de la mosquée de Québec

« C'est loin géographiquement [le Liban], mais comme culture, ça se ressemble drôlement, explique-t-il. La mentalité n'est pas très différente. Les gens sont proches les uns des autres, la solidarité, la simplicité, l'honnêteté... Donc, j'aime beaucoup la mentalité ici, puis je me sens très bien chez moi ici. »

Un vaste champ d'intérêt

L'imam Hassan Guillet souritAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'imam Hassan Guillet

Photo : Radio-Canada

Hassan Guillet n’est devenu imam que très tardivement. Il est d’abord ingénieur de formation et il a longtemps travaillé pour Bombardier.

Il est aussi avocat en droit commercial et on pourrait ajouter qu’il a en lui la fibre d’un agriculteur. Il habite Saint-Rémi, en Montérégie, une ville comptant 7500 personnes.

Sa maison et sa terre, qu’il loue aux agriculteurs du coin, se situent entre le rang Notre-Dame, le rang Sainte-Thérèse et la montée Sainte-Geneviève. Un coin très catholique, et, d’ailleurs, il n’y a pas beaucoup de musulmans à Saint-Rémi. Encore moins d’imams.

« Je me rends compte qu'avec les gens de Saint-Rémi, je fais partie de la gang, estime M. Guillet. J'ai mon accent, je suis toujours un étrange étranger, mais ils m'aiment pareil! Puis je les aime pareil, puis on n'a pas de problème. »

L’imam est par ailleurs fasciné par les cultures et les langues. Lorsqu’il a visité l’Italie pour la première fois, il s’est efforcé d’apprendre et de ne parler que l’italien. D’ailleurs, il donne des entrevues en français, en anglais, en espagnol. Lors de notre visite chez lui, c’était en arabe pour le réseau Al Jazeera.

Ne pas être que de passage

Hassan a également étudié l’histoire du Québec et il ne se perd donc pas dans le brouillard lorsqu’on lui parle de Duplessis et de la grande noirceur. Cet imam comprend la méfiance des Québécois face aux institutions religieuses.

Quand je suis arrivé au Québec, on parlait de deux solitudes. Maintenant, on peut parler d'une multitude de solitudes. Je ne peux pas dire que les Québécois ne s'intéressent pas aux autres, mais il y a beaucoup d'autres qui ne s'intéressent pas aux Québécois.

Hassan Guillet, imam

Selon Hassan Guillet, beaucoup d’immigrants se considèrent toujours comme « des étrangers ».

« C'est ça que je dis aux gens : vous n’êtes pas de passage ici. Vous n’êtes pas des étrangers, vous faites partie de la société. Donc, intéressez-vous à la société où vous vivez. »

Cette critique que l’imam adresse notamment aux musulmans et à certains imams qui ont parfois du mal à s‘intégrer à la culture québécoise n’est pas banale.

C’est avec cette compréhension de la société québécoise qu’il en est arrivé à imaginer le sermon qu’il allait faire aux funérailles de trois des victimes, à Québec.

« Ce jeune homme [Alexandre Bissonnette] ne s’est pas réveillé le matin en se disant : plutôt que d’aller regarder le Canadien jouer ou plutôt que d’aller faire un pique-nique, je vais aller assassiner quelques musulmans dans la mosquée, explique-t-il. Ça n’arrive pas comme ça. C’est jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, année après année; il y avait une propagande haineuse qui détruisait ce monsieur-là et qui est en train de détruire d’autres jeunes. »

Pour M. Guillet, ce malaise, c’est le vivre-ensemble. Il serait facile pour l’imam de ne pointer du doigt que l’assassin présumé. C’est plutôt le défi de toute une société qu’il met en relief.

Parfois, des Québécois de souche, quand ils voient ces musulmans se renfermer sur eux-mêmes, ils pensent : “ils nous rejettent!”. Non, mon ami, il ne te rejette pas, mais il a vécu une tragédie dans sa vie. Donne-lui un peu de temps. Et lui, s'il ne s'ouvre pas, ce n’est pas la fin du monde : ses enfants vont s'ouvrir.

Hassan Guillet, imam

Les racines familiales

Hassan Guillet dans un cimetièreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'imam Hassan Guillet a perdu son fils à un jeune âge.

Photo : Radio-Canada

L’imam a donc choisi le Québec et aussi une Québécoise : Nathalie Groulx. Lui, un musulman, et elle, une catholique; ils ont eu quatre enfants.

Lorsque leur fils Jamal, qui n’avait que 15 ans, est décédé subitement, leur vie a basculé. Nathalie a senti le besoin de se convertir à l’Islam.

Après le décès de Jamal, une question s’imposait : où enterrer leur fils?

« Mes autres enfants m'ont dit : “Papa, s'il te plaît, ne l’enterre pas au Liban. Ce n'est pas à chaque fois qu'on voudra réciter une prière à notre frère qu'on va acheter un billet d'avion pour aller au Liban”. C'est comme ça qu’on a décidé de l'enterrer ici. »

En écoutant son récit, on se dit que là où on enterre nos enfants pour l’éternité, ça en dit long sur l’endroit où, de notre vivant, on veut s’enraciner.

« Je pense qu'il n’y a personne qui a choisi la terre où il voulait naître, mais on a choisi la terre où on voulait vivre, philosophe-t-il. Comme nous avons choisi cette terre et comme nous avons choisi cette société, on demande à cette société de nous choisir aussi. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Croyances et religions

Société