•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opioïdes : Windsor-Essex présente sa stratégie finale

Des comprimés d'oxycodone et d'acétaminophène
Des comprimés de fentanyl, un puissant analgésique Photo: La Presse canadienne / Graeme Roy

Le Bureau de santé publique de Windsor-Essex a dévoilé vendredi sa stratégie finale pour faire face à la crise des opioïdes dans le sud-ouest de l'Ontario.

La stratégie comporte une série de mesures à court et long terme en lien avec quatre priorités et quatre domaines d'action qui seront privilégiés.

4 priorités :

  1. Accroître l'accès aux services de traitement
  2. Sensibiliser davantage le public à la mauvaise utilisation et au détournement des opioïdes, ainsi qu'à la prévention des surdoses
  3. Accroître l'accès à la prévention, à l'éducation et à la formation sur la naloxone et les surdoses
  4. Augmenter l'éducation des prestataires et des patients sur la gestion de la douleur et les risques associés aux opioïdes

4 domaines d'actions :

  1. Prévention et éducation
  2. Réduction des risques
  3. Traitement et guérison
  4. Mise en application légale

Miser sur l'action collective

Ces quatre cibles serviront de base aux divers groupes de travail qui se rencontreront dans les prochains mois pour mettre en oeuvre les actions présentées dans la stratégie.

« Aucune stratégie ne pourra résoudre à elle seule une crise aussi complexe que celle des opioïdes qui sévit à travers la province et le pays », a déclaré le chef des services médicaux d'urgence d'Essex-Windsor, Bruce Krauter.

Cette série d'actions vise à accomplir ce qu'aucune de nos organisations ne pourrait faire seule, et à travailler ensemble vers un objectif commun.

Bruce Krauter, chef des services médicaux d'urgence d'Essex-Windsor

Ce plan d'action s'inscrit dans la foulée de l'ébauche de stratégie présentée à l'automne. Suite à ce premier dévoilement, des consultations publiques et en ligne avaient été organisées afin de prendre en compte l'avis de la communauté, et particulièrement les commentaires de personnes ayant été personnellement touchées par la crise des opioïdes.

« Sans le point de vue personnel de ceux qui ont vécu cette crise, ainsi que de leurs proches, cette stratégie n'aurait pas été réellement représentative, ni assez ciblée pour avoir l'impact souhaité au sein de la communauté », a indiqué le Dr Wajid Ahmed, hygiéniste en chef par intérim du bureau de santé.

Selon un rapport publié en 2017, le nombre d’utilisateurs dans Windsor-Essex est supérieur de près de 20 % à la moyenne de la province. De plus, 24 personnes ont succombé à une surdose en 2015 dans la région. Elles étaient 37 en 2016.

Windsor

Crise des opioïdes