•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centres d'archives privées perdront leur subvention au fonctionnement

Un centre d'archives

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un nuage d'incertitude plane au-dessus des services d'archives privées agréés de la province, et les quatre centres de l'Est du Québec n'y échappent pas. À terme, 7 des 32 sociétés et musées financés au fonctionnement perdront leur subvention.

Un texte de Jean-François Deschênes

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) a décidé de revoir les critères de financement de ses membres. Une démarche qui n’a pas été faite depuis l'instauration du programme en 1990.

Les évaluations des agréments se feront dorénavant tous les deux ans sur une base de performance. L'argent ainsi économisé permettra de financer davantage de projets particuliers, selon l'organisme.

Services d’archives privées agréés dans l’Est du Québec

  • Centre d’archives régional des Îles
  • Centre d’archives du Musée de la Gaspésie
  • Centre d’archives de la Côte-Nord
  • Centre d’archives de la Côte-du-Sud

Inquiétudes en région

La présidente du Regroupement des services d’archives privées agréés du Québec, Karine Savary, craint que des centres d'archives précaires doivent fermer s'ils sont privés de cette subvention.

Les conséquences seront donc importantes pour les régions. « S’il y a des centres d’archives qui ferment, qu’est-ce qui arrive avec ces archives-là? Qu’est-ce qui arrive avec ces centres-là? Qu’est-ce qui arrive au niveau de la valorisation de l’histoire dans ces régions-là aussi? »

C’est certain qu’il y a une inquiétude au niveau des emplois, je vous dirais de la pérennité aussi des archives.

Karine Savary, présidente du Regroupement des services d’archives privées agréés du Québec

À La Pocatière, le directeur du Centre d’archives de la Côte-du-Sud, François Taillon, réussit difficilement à faire fonctionner l'établissement avec les 31 000 $ qu'il reçoit annuellement. Cette somme n’a pas été indexée depuis de nombreuses années.

Il craint que cette nouvelle façon d’évaluer les centres d’archives désavantage les petits centres comme le sien, qui rassemble des documents de la grande région du Bas-Saint-Laurent. « On est plus vulnérables que les centres urbains, c’est clair, clair, clair. On se fait dire d’engager, mais il n’y a pas personne qu’on peut engager qui est formé. »

On n’a pas la population de Sherbrooke ou Québec. Notre bassin d’acquisition d’archives est tout de même un peu plus réduit. Donc oui, c’est inquiétant.

François Taillon, directeur du Centre d’archives de la Côte-du-Sud

L'archiviste au Centre d'archives de la Côte-Nord, Catherine Pellerin, se désole de devoir recommencer le processus d'agrément tous les deux ans. Elle n’a pas eu à réévaluer l’agrément de son organisation depuis son obtention en 1995.

Elle considère aussi que le nouveau critère lié à la performance est flou, ce qui crée de l'insécurité. « Il y a des petites années et il y a des grosses années au niveau des acquisitions, donc qu'est-ce que c'est la performance pour un centre d'archives? »

On ne sait pas comment cette performance-là est qualifiée et quantifiée. Nous, on est un centre de moyenne taille, et un centre de moyenne taille à Montréal n'aura pas la même réalité que moi à Baie-Comeau.

Catherine Pellerin, archiviste au Centre d'archives de la Côte-Nord

La BAnQ se fait rassurante

La directrice générale de la BAnQ, Hélène Laverdure, tente de rassurer les responsables des centres d'archives privées agréés.

Hélène Laverdure assure que les évaluations seront faites de façon équitable. « C'est d'évaluer, par exemple, le nombre d'acquisitions qui a été fait au cours des deux dernières années, dit-elle. Quelle est la quantité d'archives qui a été traitée? Quelle est la quantité d'archives qui a été mise en valeur? »

Les petits [centres] sont évalués entre eux, les moyens et les gros. Ce n'est pas parce que tu es petit que tu vas perdre ta subvention.

Hélène Laverdure, directrice générale de Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Il existe quatre centres d'archives privées agréés dans l'Est du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société