•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étude se penche sur le lien entre fracturation hydraulique et séismes

Un travailleur ajuste les tuyaux pendant une opération de fracturation hydraulique près de Mead, au Colorado. (Archives 2014)

Un ouvrier ajuste les tuyaux pendant une opération de fracturation hydraulique.

Photo : Associated Press / Brennan Linsley

Radio-Canada

La composition des sols sur lesquels se trouvent les sites de fracturation hydraulique et le volume de liquide injecté sont des facteurs qui ont contribué aux nombreuses secousses sismiques à Fox Creek, en Alberta, selon une étude.

Un texte de Héloïse Rodriguez

Le sismologue Ryan Schultz de la Commission géologique de l’Alberta étudie les secousses sismiques dans les environs de Fox Creek, où plusieurs sites de fracturation hydraulique sont présents, depuis 2013. Il espère qu’une meilleure compréhension de ce phénomène permettra de prédire les séismes.

Qu’est-ce que la fracturation hydraulique?

Ce procédé consiste à injecter un mélange d’eau et de produits chimiques à haute pression sous terre pour briser la roche et libérer le gaz naturel et le pétrole qui se trouvent dans des poches, à l'intérieur. Les hydrocarbures sont ensuite remontés à la surface.

D'une manière générale, certains facteurs jouent un rôle déterminant dans le lien entre séismes et fracturation hydraulique, selon Ryan Schultz. « Il y a un lien avec le volume [de liquide injecté]. Les puits qui utilisent plus de liquide de fracturation hydraulique causent plus de séismes. »

Ryan Schultz est assis devant son ordinateur. Il regarde la caméra.

Ryan Schultz est un sismologue à la Commission géologique de l'Alberta, qui étudie les séismes de la région de Fox Creek depuis plusieurs années.

Photo : Ryan Schultz

Le cas de Fox Creek est toutefois intéressant à ses yeux, car il démontre que la composition des sols entre aussi en jeu.

« Les séismes se produisent seulement dans une région en particulier, près de Crooked Lake, à environ 30 km à l'ouest du village de Fox Creek, indique-t-il. La fracturation hydraulique se fait dans une région assez large, mais les tremblements de terre sont concentrés en un endroit qui semble être plus susceptible ».

L'expert souligne qu'il y a des failles géologiques qui peuvent s’activer lors de la fracturation hydraulique : la pression exercée par les forages risque de les faire bouger, ce qui peut provoquer des séismes, dit-il.

L’objectif à plus long terme de Ryan Schultz est de prédire où et quand les secousses sismiques vont se produire, afin de pouvoir minimiser les risques. « [ Cette étude] est un pas dans la bonne direction, mais on n’est pas encore rendus là, dit-il. C’est notre but ultime ».

Attirer de nouveaux résidents malgré les séismes

En janvier 2016, un tremblement de terre de magnitude 4,8 a secoué le village de Fox Creek. Ce séisme était assez puissant pour être ressenti par les résidents, mais pas suffisamment pour endommager des bâtiments. Il a fait suite aux 367 secousses sismiques enregistrées en un an dans les environs.

Roy Dell, le directeur administratif de Fox Creek, s’inquiète que ces séismes à répétition puissent nuire aux efforts du village pour attirer de nouveaux résidents.

Ça n’a pas encore fait peur aux gens qui veulent déménager ici, mais ça ne les a certainement pas encouragés.

Roy Dell, directeur administratif de Fox Creek

Le conseil municipal de Fox Creek a pris plusieurs mesures pour encourager les gens à venir s’installer dans ce village qui se situe à environ 260 km au nord-ouest d’Edmonton.

« On dépense beaucoup d’argent pour encourager les gens à déménager ici de manière permanente, explique Roy Dell. On a construit un nouveau multiplex, un nouvel aréna, une piscine [...] On a dépensé bien plus que 50 millions de dollars au cours des deux dernières années. »

Alberta

Industrie pétrolière