•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manitoba : les garderies tirent la sonnette d'alarme

Salle de jeux pour enfants dans une garderie

La Coalition de la petite enfance du Manitoba demande à la province de préciser comment seront dépensés les 15 millions de dollars destinés aux services de garde dans la province.

Photo : iStock

Radio-Canada

La Coalition de la petite enfance du Manitoba veut des détails sur l'entente signée dans le Cadre multilatéral d'apprentissage et de garde des enfants. Cette entente fédérale-provinciale prévoit des dépenses de quinze millions de dollars par année jusqu'en 2019-2020 pour les garderies.

La Coalition de la petite enfance du Manitoba tire la sonnette d’alarme. « Il y a une crise de financement dans le domaine de la petite enfance. Elle affecte certains des services offerts en garderie », déclare Dominique Arbez, membre de l’organisation.

Le gouvernement de Brian Pallister n’a toujours pas révélé quel budget sera accordé aux garderies. Mme Arbez s’impatiente. « Ils [le gouvernement du Manitoba] doivent arrêter de se traîner la patte, dit-elle. Quinze millions de dollars par année, c’est une somme importante et nous nous attendons à ce que la province détaille son plan. »

Elle rappelle que plusieurs garderies vivent en ce moment une situation très précaire. « Il y a une garderie en milieu rural qui a dû fermer un de ses programmes scolaires. Quinze places ont été fermées récemment. Ces familles-là se retrouvent sans service de garde du jour au lendemain », se désole Mme Arbez.

Selon la Coalition, le nombre de places licenciées en garderies est de 35 470 alors que la province compte plus de 196 000 enfants. Quelque 16 000 enfants sont en attente d'une place en garderie, indique la Coalition, selon qui 1986 places occupées par un enfant ne seraient pas financées par le gouvernement cette année, contre 1045 l'an dernier.

Les francophones ne sont pas épargnés

La directrice de la garderie des Bambins, Thérèse Musafiri, appuie cette initiative. Depuis 2016, la garderie Des Bambins accueille 34 enfants. Pourtant, seules 16 de ses places sont subventionnées.

« La situation est critique. À la garderie, on se sert du fond d’urgence, de quelques dons de parents et de campagnes de financement », explique Mme Musafiri.

Le garderie Des Bambins se retrouve en déficit année après année. La qualité du service offert aux enfants en souffre, assure-t-elle. « Pour avoir des employés qualifiés, il faut les payer. Les salaires sont tellement bas, je me retrouve souvent à perdre mes employés qualifiés. »

Brigitte L’Heureux rappelle que le cas Des Bambins est loin d’être isolé. « C’est un cercle vicieux. Les garderies doivent prendre des enfants pour avoir accès au financement. Il y en a qui attendent des mois, voire des années. »

Un commerce de garderies

Dominique Arbez se désole aussi de constater l’arrivée d'entreprises privées dans le milieu des services de garde.

« La Coalition a vu une des compagnies américaines qui s’établissent dans certaines écoles de la ville. Ces grosses sociétés cherchent un marché fertile parce qu’il y a une importante demande au Manitoba, mais la qualité du service va en souffrir », prévient-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société