•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Louis Martin, un modèle de journalisme

    Dans un studio de radio, l'animateur Louis Martin ajuste un casque d'écoute sur sa tête. Un micro, portant une affichette avec la mention «CBF 690», est suspendu devant lui.

    Le journaliste Louis Martin dans un studio radio en 1974

    Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

    Radio-Canada

    Le 22 janvier 2008 s'éteignait Louis Martin, journaliste et ancien directeur de l'information à Radio-Canada. Dix ans plus tard, l'homme est toujours un modèle par la rigueur, l'intégrité et la passion dont il a fait preuve tout au long de sa carrière. De nos archives, quelques moments choisis de son parcours dans le monde de l'information.

    Après un passage à La Presse et au Nouveau Journal, c’est en 1960 que Louis Martin fait son entrée à Radio-Canada. D’abord journaliste de terrain, il couvre les sujets les plus divers, comme le Salon national de l’agriculture en 1963.

    20 ans express, 16 février 1963

    Cet extrait est tiré de l’émission 20 ans express du 16 février 1963. Le jeune journaliste Louis Martin déambule adroitement parmi la foule compacte du Salon. Il interpelle quelques visiteurs à travers les allées. D’un jeune homme accroché au hasard, il réussit à obtenir une réflexion spontanée sur l’agriculture moderne. Déjà, le journaliste se démarque par ses questions pertinentes et son grand sérieux.

    Louis Martin participe à faire évoluer un journalisme en pleine mutation. Passionné de son métier, il en développe aussi une vision. Rapidement, il deviendra un pilier des grandes émissions d’information à la télévision de Radio-Canada.

    Vous rencontrez le premier ministre et puis lui est premier ministre 24 heures par jour et 365 jours par année. Il faut donc que votre documentation soit parfaitement au point. Il faut mettre au moins 3 jours à fouiller les dossiers, essayer de vraiment, sur chacune des grosses questions qui préoccupent l’opinion, faire le point et sortir LA question importante.

    Louis Martin

    Montage d’archives, de 1970 à 1984

    Notre montage d’archives allie quelques extraits d’entrevues musclées de Louis Martin à ses réflexions sur le rôle du journaliste. Sa rigueur intellectuelle transparaît dans chacune de ses paroles. À l’animateur Gaston L’Heureux, il confie :  Ce que j’ai toujours tenté de faire, c’est sur des questions que je considérais, moi, importantes, à partir de mon jugement de journaliste, d’aller jusqu’au bout, pour que mon bonhomme réponde vraiment à la question, qu’il ne se défile pas en disant à peu près n’importe quoi. 

    À la fin des années 60, Louis Martin fait sa marque dans les émissions Format 30 et Format 60. Il y reçoit les acteurs politiques et sociaux d’un Québec en pleine Révolution tranquille. Grâce à ses qualités d’intervieweur, plusieurs de ses entrevues demeureront marquantes.

    Format 30, 15 janvier 1970

    À l’émission Format 30 du 15 janvier 1970, Louis Martin s’entretient avec le syndicaliste Michel Chartrand. Dans cet échange court, mais dense, il obtient des explications sincères à son différend avec Marcel Pepin, président de la CSN. La répartie du journaliste lui permet de naviguer aisément entre les déclarations enflammées de Michel Chartrand.

    Format 30, 18 mai 1970

    Dans cet extrait d’entrevue au Format 30 du 18 mai 1970, le journaliste rencontre cette fois le maire Jean Drapeau pour discuter des futurs Jeux olympiques de Montréal. On le sent parfaitement renseigné sur le sujet. Le journaliste mentionne notamment le discours d’un ministre hollandais mettant en garde les organisateurs des Olympiques contre la culture du gigantisme. « Pierre de Coubertin aurait dénoncé ça », répond Jean Drapeau qui souhaite respecter les valeurs de l’olympisme.

    Louis Martin quitte Radio-Canada en 1971 pour une incursion comme rédacteur en chef au Maclean’s. Il reviendra dans la grande tour en 1974. Surtout présent à la radio, il occupe le poste de directeur général de l’information radio de 1992 à 1997.

    À l’émission Le Point Médias du 26 juin 1993, la journaliste Madeleine Poulin le suit dans un colloque qu’il a organisé sur le thème du reportage politique. Il lui livre son argumentaire sur le rôle d’un média public d’information et sur le repositionnement de Radio-Canada.

    Le Point médias, 20 juin 1993

    « Radio-Canada, ça ne vit pas dans un désert, ça vit dans un monde de médias qui est en changement, et en changement rapide », affirme-t-il dans cette entrevue accordée il y a 25 ans.

    « Qu’est-ce que fait une société de radiodiffusion qui veut demeurer sur le marché et aller chercher du public? Eh bien, ça s’arrête et ça réfléchit pour se définir une place à défendre ».

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Arts