•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Martin Prud'homme veut réduire le nombre de cadres au SPVM

Martin Prud'homme est en entrevue sur un plateau de télé à Radio-Canada.
Le chef intérimaire du SPVM, Martin Prud'homme Photo: Radio-Canada

À la tête du Service de police de la Ville de Montréal depuis le début de décembre, Martin Prud'homme veut réduire le nombre de cadres au SPVM comme il l'a fait à la Sûreté du Québec. Son but est de remettre des policiers sur le terrain.

Le directeur par intérim du SPVM parle d'une « réaffectation », plutôt que d'une compression de postes.

Mon mandat est de revoir l'organisation du travail [...] Si je peux identifier des postes à travers la structure, des cadres, si je peux récupérer certains policiers pour les ramener sur le terrain. C'est ce que je vais faire. C'est mon premier objectif.

Martin Prud'homme, chef par intérim du SPVM

Martin Prud'homme n'a pas été en mesure de préciser combien de cadres pourraient changer de fonction.

Il a expliqué que lorsqu'il était à la Sûreté du Québec, le nombre de directeurs généraux est passé de cinq à trois. Les officiers-cadres sont passés de 400 à environ 310 ou 320, à la suite de son évaluation.

L'avenir des postes de quartier

Martin Prud'homme exclut la fermeture de postes de quartier (PDQ). « Je n'ai pas l'intention de fermer de PDQ à travers mon mandat », dit-il.

Pour moi, il faut revenir à la mission première du service de police. La mission première passe par les PDQ [...] Je veux ramener des policiers près de la communauté.

Martin Prud'homme, chef par intérim du SPVM

Le directeur intérimaire du SPVM affirme toutefois que des postes de quartier pourraient être regroupés. « Les PDQ vont demeurer en place. Si jamais il y a des regroupements, c'est toujours pour optimiser le travail des policiers », assure-t-il.

Avec les informations de Julie Marceau et Benoît Chapdelaine

Grand Montréal

Forces de l'ordre