•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Création d'une aile autochtone à la Chambre de commerce de Sept-Îles

Le chef parle au micro devant des convives au Musée Shaputuan.

Le chef de Uashat-Maliotenam s'est adressé aux entrepreneurs présents.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Chambre de commerce de Sept-Îles et la Société de développement économique de Uashat-Maliotenam ont annoncé la création d'une aile autochtone au sein de la Chambre de commerce. Plus de 100 personnes étaient présentes au lancement, mercredi soir, au Musée Shaputuan.

Un texte de Émile Duchesne

C'est le chef de Uashat-Maliotenam, Mike McKenzie, qui s'est exprimé en premier lors des allocutions protocolaires. Le chef a expliqué qu'il y a longtemps que les Innus et les allochtones travaillent ensemble, mais qu'il était temps qu'une structure officielle voit le jour.

Mike McKenzie espère que la nouvelle aile autochtone permettra aux deux communautés de faire face aux défis économiques des prochaines années.

Cette future collaboration aura comme objectif principal de maximiser le maillage intercommunauté qui est devenu une obligation dans une économie mondiale afin de protéger nos emplois en région et notre diversité économique régionale.

Mike McKenzie, chef de Uashat-Maliotenam
Le chef de Uashat-Maliotenam, Mike McKenzieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef de Uashat-Maliotenam, Mike McKenzie

Photo : Radio-Canada

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, a réitéré l'importance de rapprocher la communauté innue de la communauté allochtone. Pour lui, la création d'une aile autochtone permet de passer de la parole aux actes.

Habituons-nous à faire des choses ensemble. Pour qu’à l’extérieur de la communauté, à l’extérieur de la ville de Sept-Îles, les gens réalisent que, ce rapprochement-là, il est plus que sur le papier.

Réjean Porlier, maire de Sept-Îles
Le maire de Sept-Îles, Réjean PorlierAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier

Photo : Radio-Canada

Le directeur de la Société de développement économique de Uashat-Maliotenam (SDEUM), Ken Rock, considère qu'il s'agit d'une bonne nouvelle.

Il encourage les entreprises de la communauté qui ne sont pas déjà membres à le devenir et soutient que la SDEUM a toujours sa raison d'être, car elle n'a pas le même mandat que la chambre.

On est ici pour encourager le démarrage d'entreprises de membres de la communauté. Notre rôle va au-delà un peu de ce que la Chambre de commerce fait. On aide au démarrage des entreprises à travers les programmes, on les oriente vers des subventions.

Ken Rock, directeur de la Société de développement économique de Uashat-Maliotenam
Le directeur de la Société de développement économique de Uashat-Maliotenam, Ken RockAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur de la Société de développement économique de Uashat-Maliotenam, Ken Rock

Photo : Radio-Canada

Le directeur général de la Chambre de commerce de Sept-Îles, Paul Lavoie, a profité de son allocution pour expliquer le fonctionnement de l'aile autochtone.

Quand il va y avoir des enjeux qui sont vraiment plus particuliers aux entreprises membres de l'aile autochtone, ils vont avoir un comité qui va pouvoir adresser des enjeux qui touchent typiquement les entreprises autochtones.

Paul Lavoie, directeur général de la Chambre de commerce de Sept-Îles
Le directeur général de la Chambre de commerce de Sept-Îles, Paul LavoieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur général de la Chambre de commerce de Sept-Îles, Paul Lavoie

Photo : Radio-Canada

Un projet en préparation depuis l'automne

Le projet de créer une aile autochtone est discuté depuis cet automne. C'est une discussion entre le conseiller de Uashat-Maliotenam, Dave Vollant, et Paul Lavoie qui a permis de faire germer l'idée.

Avant d'être élu au conseil de bande, Dave Vollant possédait son entreprise et était membre de la Chambre de commerce. Son saut en politique a été pour lui l'occasion de concrétiser son projet de mettre sur pied une chambre de commerce autochtone.

Moi, mon objectif, c’est que les Innus de Uashat se sentent interpellés au projet. Ce qui veut dire que la chambre de commerce a une expertise, a un réseau. Y a des partenariats possibles qui pourraient être faits.

Dave Vollant, conseiller au conseil de bande de Uashat-Maliotenam
Le conseille au conseil de bande de Uashat-Maliotenm, Dave VollantAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le conseille au conseil de bande de Uashat-Maliotenm, Dave Vollant

Photo : Radio-Canada

Dave Vollant espère que la nouvelle aile autochtone de la chambre de commerce va permettre aux Innus de faire partie prenante du développement économique de la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !