•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Horizon lumineux pour la mine du Lac Bloom

Chargement de l’image

Mine du lac Bloom, près de Fermont

Photo : Radio-Canada / Evelyne Côté

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le chef des opérations de Minerai de fer Québec, David Cataford, a présenté mercredi les détails de la relance de la mine du Lac Bloom à la communauté d'affaires septilienne. Selon ses dires, la mine est promise à un brillant avenir.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

Devant une salle comble, David Cataford, a présenté l'échéancier de ce projet de 326 millions de dollars financé par Champion et le gouvernement du Québec.

D'ici le début du mois de février, l'usine sera approvisionnée en eau. En mars, les opérations de dynamitage et d'extraction débuteront. En avril, le premier bateau chargé de fer de la mine du Lac Bloom quittera le port de Sept-Îles. Dès juin, Champion investira à nouveau pour maintenir les installations en bon état.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

David Cataford, chef de l'exploitation pour la mine du lac Bloom

Photo : Radio-Canada

Lors de sa conférence, David Cataford a soutenu que la mine devrait être en activité durant 20 ans si le prix de la tonne de fer demeure supérieur à 50 $ la tonne.

Mais si le marché le permet, Champion pourrait extraire le fer de la mine durant 40 ans.

Champion prévoit extraire 7,4 millions de tonnes de fer par an de la mine du Lac Bloom. Conséquemment, 40 bateaux par an accosteront au quai multiusager pour exporter le minerai.

« Ce qui est important pour nous, c'est la crédibilité. C'est de livrer la première usine avec les objectifs qu'on s'est donnés pour que le marché comprenne qu'on est capable de livrer sur nos objectifs. Mais il n'y a rien qui empêche la possible phase 2 ou d'autres possibilités qui pourraient venir. »

— Une citation de  David Cataford, chef des opérations de Minerai de fer Québec

Le directeur général de la Caisse des mines, métaux et services publics Côte-Nord, Steve Chapados, corrobore ces propos. Selon lui, la mine est « vouée à un grand avenir ».

« Depuis un mois, le prix [du fer] est à la hausse d'environ 10 à 20 %. On sait que les Chinois recherchent un minerai de haute qualité qui diminue les émissions polluantes et qui demande moins d'énergie [à transformer] pour leur procurer des avantages concurrentiels. »

— Une citation de  Steve Chapados, directeur général de la Caisse des mines, métaux et services publics Côte-Nord

Recrutement

Seule ombre au tableau, la minière Champion peine à recruter tout son personnel. Sur les 450 emplois disponibles, une centaine de postes restent à combler. Champion s'est engagé à prioriser l'emploi de Nord-Côtiers.

« [Les Nord-Côtiers] connaissent les hauts et les bas [de l'industrie métallurgique], donc ils sont capables de nous soutenir dans les moments les plus difficiles. »

— Une citation de  David Cataford, chef des opérations de Minerai de fer Québec

À cela s'ajoutent les contrats de maintenance des installations. Champion prévoit aller en appel d'offres lors des étés 2018, 2019 et 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !