•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Brise-glaces : Ottawa souhaite s’entendre avec le chantier Davie

    Le reportage de Marc Godbout

    Radio-Canada a appris que le gouvernement fédéral voulait en arriver à une solution avec le chantier naval Davie pour pallier les problèmes de brise-glaces de la Garde côtière canadienne. Tout indique que les pressions politiques et les préoccupations d'ordre économique commencent à faire débloquer les choses à Ottawa.

    Un texte de Marc Godbout

    Des sources gouvernementales indiquent à Radio-Canada que le chantier de Lévis fait partie de l’équation. Ottawa souhaite en arriver à une entente avec l’entreprise pour doter la Garde côtière des brise-glaces dont elle a tant besoin. L’objectif vise à combler des besoins à moyen terme.

    Ottawa pourrait donc lancer un appel d’offres dans les prochaines semaines et opter pour la location de brise-glaces. Tout n’est pas encore réglé, mais des sources expliquent qu’une entente devra éventuellement être négociée entre le gouvernement et le chantier.

    « Il y a plus qu’une ouverture, il y a un consentement à l’idée », souligne l’une d’elles.

    La proposition de la compagnie Davie

    Le chantier maritime Davie ne propose pas de construire de nouveaux brise-glaces, mais plutôt d'en utiliser quatre qui se trouvent à l’étranger. L'entreprise souhaite les convertir pour répondre aux attentes de la Garde côtière tout en les louant au gouvernement fédéral.

    Comme l’a déjà révélé Radio-Canada, un des rares brise-glaces disponibles, l'Aiviq, se trouve à un endroit peu commun, la Floride. La société Davie détient les droits sur le navire depuis plus d’un an et demi, tout comme sur trois autres brise-glaces qui sont en Europe.


    Tout est mis en oeuvre par la Garde côtière pour composer avec la flotte actuelle. Mais contrairement aux deux hivers précédents, les éléments ne jouent pas en sa faveur.              Tout est mis en oeuvre par la Garde côtière pour composer avec la flotte actuelle. Mais contrairement aux deux hivers précédents, les éléments ne jouent pas en sa faveur. Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

    Calmer le jeu

    Face aux pressions politiques du Québec et de grands joueurs économiques, le gouvernement fédéral avait lancé, il y a plus d’un an, une demande aux entreprises pour cerner « les options disponibles » et ainsi combler « les éventuelles lacunes en matière de capacité ».

    Depuis ce temps, il a toujours été difficile de comprendre où le gouvernement comptait aller.

    Le début de l'hiver a rapidement démontré à quel point la Garde côtière disposait de très peu de marge de manœuvre. Le gouvernement Trudeau le sait et est conscient de la grogne qui s’est intensifiée ces dernières semaines. Il cherche certainement à calmer le jeu.

    Politique fédérale

    Politique