•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Excès de vitesse dans le golfe du Saint-Laurent : 542 accusations

La queue d'une baleine noire.
La protection des baleines noires de l'Atlantique Nord Photo: CCS image, NOAA

Un total de 542 navires ont été accusés d'avoir contrevenu à la limite de vitesse imposée par Transports Canada dans le golfe du Saint-Laurent afin de protéger les baleines noires.

Pour la grande majorité de ces cas rapportés entre le 11 août 2017 et le 11 janvier 2018, les dossiers ont été « fermés par manque de preuves », a confirmé Julie Leroux, une porte-parole de Transports Canada.

À peine 14 bateaux ont reçu une contravention de 6000 $ chacun.

Il y a présentement 34 cas qui sont « sous enquête » et 44 « en attente d’une enquête ».

« Tous les autres dossiers ont été fermés », dit Mme Leroux.

Plus qu'environ 500 baleines noires toujours vivantes

Au moins 17 baleines noires de l’Atlantique Nord sont mortes dans les eaux canadienne et américaine à l’été 2017.

Les autopsies pratiquées sur sept de ces baleines ont démontré que quatre sont mortes des suites d'un trauma causé par une collision avec un navire, alors que trois semblent être mortes après avoir été retenues prisonnières d’un filet de pêche.

La baleine noire de l’Atlantique Nord est une espèce menacée. Il ne resterait dans le monde qu'approximativement 500 individus.

Une limite de vitesse pour protéger les baleines

Le 11 août 2017, le gouvernement fédéral a décidé de limiter la vitesse des navires de 20 mètres de long et plus à 10 noeuds (18,5 km/h) dans les eaux de la partie ouest du golfe du Saint-Laurent, allant de la rive nord du Québec au nord de l’Île-du-Prince-Édouard.

Au cours des trois premières semaines qui ont suivi l'imposition d'une limite de vitesse, 89 navires l'ont dépassée.

Une baleine noire trouvée morte dans le golfe du Saint-LaurentUne baleine noire trouvée morte au mois d'août 2017 dans le golfe du Saint-Laurent Photo : Pêches et Océans Canada

La Garde côtière canadienne rapporte à Transports Canada les violations de la limite de vitesse. Par la suite, Transports Canada procède à une vérification, examinant d’abord les données enregistrées par la garde-côtière. « S’il y a suffisamment de preuves », explique Mme Leroux, « un inspecteur en sécurité maritime entre en contact avec le vaisseau et peut se déplacer pour recueillir des données supplémentaires, par exemple le livre de bord, et parler au capitaine pour corroborer toutes les informations. »

Par la suite, poursuit Mme Leroux, s’il y a clairement eu manquement aux règles, l’inspecteur peut faire appliquer la loi. Les contraventions que reçoivent les contrevenants vont de 6000 $ à 25 000 $, selon la vitesse du navire et le nombre d’infractions.

Cette baleine noire femelle, âgée de deux ans, est morte empêtrée dans de l'équipement de pêche.Cette baleine noire femelle, âgée de deux ans, est morte empêtrée dans de l'équipement de pêche. Photo : Radio-Canada / CBC/Shane Fowler

Des 14 contraventions remises du 11 août 2017 au 11 janvier 2018, 11 étaient pour des vitesses entre 10,5 et 13,3 noeuds, selon Mme Leroux. Pour les 3 autres cas, explique-t-elle, les données demeurent pour le moment confidentielles, car la période de 30 jours où les navires peuvent contester la pénalité n’est pas écoulée.

Les limites de vitesse ont été levées le 11 janvier afin d’assurer la manœuvrabilité des navires dans les conditions hivernales et pour la sécurité des exploitants qui circulent dans les eaux canadiennes, a indiqué le ministre des Transports, Marc Garneau. Qui plus est, les baleines noires n’ont pas été aperçues dans les eaux du golfe depuis décembre et évitent généralement de s’y trouver lorsque de la glace est à la dérive.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Faune marine