•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

JO 2026 : Calgary, « un terreau fertile pour une superbe candidature », dit le CIO

Une jeune fille apprend à patiner à la Place olympique de Calgary.
La Ville de Calgary n'a pas encore décidé si elle sera candidate aux JO de 2026. Photo: La Presse canadienne / Jeff McIntosh
Radio-Canada

Calgary souhaite soumettre sa candidature au Jeux olympiques de 2026 et y consacrera les efforts nécessaires, a soutenu le directeur des Jeux, Christophe Dubi, en conférence de presse, mercredi.

Un texte de Tiphanie Roquette

La métropole albertaine se démarque, selon lui, par sa capacité organisationnelle, et par la passion de la population pour les Jeux olympiques et tous les sports d’hiver.

« Vous arrivez avec un terreau extrêmement fertile, avec des actifs qui sont très favorables pour monter une superbe candidature », a affirmé M. Dubi.

Six membres du Comité international olympique (CIO) sont en visite cette semaine dans la métropole albertaine. Cette visite fait partie d’une nouvelle phase dans le processus de candidature pour aider les villes hôtes à réduire les coûts en expliquant mieux les attentes du CIO.

Le Comité a déjà visité les villes possiblement candidates de Sion, en Suisse, et de Stockholm, en Suède. Une visite de Sapporo, au Japon, aura lieu juste avant les Jeux olympiques de Pyeongchang.

Objectif : réduire les coûts

Christophe Dubi s’est prononcé en faveur d’une candidature avec de multiples villes hôtes d’événements pour tenter de réduire les coûts. Il a avancé l’idée que, si Calgary était candidate aux Jeux olympiques d’hiver, elle pourrait s’associer avec Edmonton et Whistler pour la tenue de certaines compétitions.

Le directeur des Jeux olympiques a cité de nombreux exemples pour souligner la volonté du CIO de réduire les coûts. Le budget demeure la source de la grande plus réticence des conseillers municipaux de Calgary. Un comité exploratoire a déterminé que les Jeux entraîneraient un déficit de plus de 2 milliards de dollars.

Scène de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de CalgaryLe CIO encourage les villes candidates à réutiliser ses installations pour réduire les coûts. Photo : Getty Images

Christophe Dubi a ainsi affirmé que le CIO n’imposait plus de minimum de capacité d’accueil pour les installations sportives. Il a toutefois refusé de se prononcer sur l’épineuse question du besoin de construire un nouvel aréna à Calgary.

Le CIO souhaite également se servir des Jeux de Pyeongchang pour définir toutes les petites économies possibles en évaluant les trajets de bus vides, les stationnements inutilisés et les accréditations jamais utilisées. Il veut aussi encourager le transfert de connaissances d'une compétition à l'autre.

Les villes qui souhaitent déposer leur candidature ont jusqu’à la fin mars pour indiquer au CIO si elles veulent poursuivre leur engagement. Un dossier complet de candidature devra être prêt d’ici janvier 2019.

Le conseil municipal de Calgary doit à nouveau discuter de la question le 29 janvier.

Alberta

Sports