•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saskatoon se tourne vers le public pour établir son plan de réduction des émissions de carbone

Une photo synthétisant une statio de bus de la Ville.

La directrice des services environnementaux de Saskatoon indique que la plupart des émissions de la ville proviennent des bâtiments et des transports.

Photo : Ville de Saskatoon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le conseil municipal de Saskatoon estime qu'il est temps d'entamer un processus pour établir un plan de réduction des émissions de carbone à long terme. La Ville lancera bientôt des consultations publiques.

La Ville invite les résidents, les entrepreneurs ainsi que les organismes publics, communautaires et à but non lucratif à répondre à un sondage en ligne sur son site Internet jusqu’au 15 février. Des groupes de discussion et un séminaire sont également prévus au cours des prochaines semaines.

L'an dernier, la Ville s'est fixé comme objectif de réduire les émissions de 80 % d'ici 2050, tandis que le gouvernement provincial rejette fermement le système fédéral de tarification du carbone.

« Lorsqu'on parcourt le pays, une grande partie du travail le plus stimulant et le plus acharné effectué dans les villes s’est fait indépendamment des lois provinciales ou fédérales », dit la conseillère municipale Mairin Loewen.

Nous ne pouvons pas attendre.

Mairin Loewen

La directrice des services environnementaux de Saskatoon, Brenda Wallace, affirme que la plupart des émissions de la ville proviennent des bâtiments et des transports.

Selon elle, Saskatoon a déjà prévu un plan de croissance de la ville visant à accroître la densité de son réseau de transport en commun rapide.

« Si nous pouvons offrir des options de transport viables, si nous pouvons offrir des possibilités d'intensifier et de densifier notre communauté, cela aura un effet important sur les émissions de carbone », explique Mme Wallace.

À court terme, la Ville prévoit de réduire les émissions de 15 % d'ici 2023 pour respecter l'Accord de Paris sur le climat.

Un expert en énergie salue les premiers pas de la Ville

Mark Bigland-Pritchard, du groupe environnemental Climate Justice Saskatoon, estime que la Ville est sur la bonne voie pour réduire les émissions, mais selon lui, certaines parties du plan de la Ville nécessiteront un financement des gouvernements fédéral et provincial.

Il ajoute que le service d'électricité de Saskatoon, Saskatoon Light and Power, essaie déjà de générer davantage d'énergie solaire et hydroélectrique. Selon lui, il sera aussi crucial d'abandonner l'électricité produite par le gaz naturel et le charbon.

Un projet audacieux, dit une professeure

Elizabeth Schwartz, une professeure adjointe en politique publique à l'École Johnson Shoyama, qui étudie les villes vertes, qualifie le plan de réduction des émissions de « très ambitieux ».

Selon elle, des changements radicaux seraient nécessaires pour réduire les émissions provenant des bâtiments et des véhicules, qui créent la plus grande partie de la pollution à Saskatoon.

Elizabeth Schwartz estime que la Ville a le pouvoir de faire le changement grâce à sa réglementation municipale et à ses capacités de zonage.

« Si nous avions une ville moins étendue, si nous ne construisions pas de nouveaux quartiers à la périphérie de la ville, mais que, à la place, nous intensifiions ou densifiions la ville que nous avons déjà, nous pourrions construire des quartiers complets où les gens pourraient vivre et travailler et faire leurs courses dans le même quartier, et nous n'aurions pas à autant utiliser nos autos », précise-t-elle.

Elizabeth Schwartz ajoute que Saskatoon pourrait également rénover de vieux bâtiments et commencer à exiger que de nouveaux bâtiments soient construits selon des normes environnementales plus strictes.

Des mesures dans d’autres villes

Regina dit qu’elle évalue les secteurs qui pourraient être touchés par la tarification fédérale du carbone.

Moose Jaw, elle, reconnaît ne pas avoir de n'a pas vraiment de politique en matière d'émissions de carbone. Elle ajoute cependant avoir mis en place une politique qui recommande aux utilisateurs d'éteindre leurs véhicules lorsqu'ils sont stationnés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !