•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Légalisation de la marijuana : un danger pour les adultes de moins de 25 ans, estime un chercheur

Un homme consomme du cannabis.

Un homme consomme du cannabis.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un chercheur de l'Université de la Saskatchewan estime qu'une grande partie de la population canadienne, soit les adultes de moins de 25 ans, est peu informée des dangers liés à la consommation de la marijuana à des fins récréatives.

Qui plus est, le Dr Michael Szafron, professeur adjoint à l'École de santé publique, estime que ce groupe d'âge est le plus susceptible d'avoir des problèmes de santé mentale à long terme en raison de cette consommation, tels que la dépression, les troubles bipolaires et la schizophrénie.

Consommation chez les universitaires

À quelque mois de la légalisation de la marijuana au pays, le Dr Szafron s'est interrogé sur le profil des consommateurs de marijuana parmi la population universitaire au pays. Michael Szafron estime que la majorité des personnes qui ont fait l'essai et qui continuent de consommer de la marijuana au pays sont des hommes de moins de 25 ans. Il estime que beaucoup d'étudiants en consomment déjà régulièrement et que, lorsque la légalisation sera en place, le défi sera encore plus grand.

Le Dr Michael Szafron présente les conclusions de ses recherches, lors d'une présentation devant des étudiants à l'Université de la SaskatchewanAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Dr Michael Szafron estime que les adultes de moins de 25 ans ne sont pas suffisamment informés des dangers de la marijuana sur leur santé

Photo : Radio-Canada / Albert Couillard

Responsabilité des gouvernements

Le Dr Szafron estime que les gouvernements ont une responsabilité envers ce groupe d'âge et envers les universités canadiennes. Il faut, dit-il, bien informer ces personnes à propos des risques des effets secondaires liés à la marijuana. Le professeur craint que les coûts du système de santé au pays n'augmentent de façon importante dans les années à venir, si l'information de ce groupe d'âge n'est pas suffisante.

Selon lui, l'attention médiatique au sujet de la légalisation de la marijuana a été principalement concentrée, ces derniers mois, autour de l’usage médicinal bénéfique de cette substance. Il affirme, quant à lui qu'il faut présenter aussi ses aspects négatifs.

Le Dr Szafron estime qu'une fois que la légalisation sera en place, les recherches risquent d'être encore plus précises. Il admet que les recherches à ce jour ont été difficiles parce qu'elles étaient réalisées à partir de substances illégales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !