•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une affaire qui combine sextage, torture et armes à feu à Terre-Neuve

À gauche, la maison de la rue Springdale où l'agression a eu lieu. En haut à droite, Harold Noftall est assis à la cour provinciale. En bas à gauche, Mabel Stanley est aussi assise sur un banc de la cour provinciale.
Harold Noftall (en haut à droite) et Mabel Stanley (en bas à droite) étaient en cour pour une audience de détermination de la peine. C'est dans une maison de la rue Springdale (à gauche) que l'agression a eu lieu. Photo: CBC
CBC

La cour provinciale de Terre-Neuve-et-Labrador a entendu hier une cause particulièrement scabreuse impliquant sextage, séquestration et voies de fait graves. L'affaire remonte à la fin du mois de janvier 2017, lorsqu'un homme de 21 a été attiré dans une maison de Saint-Jean pour ensuite être sévèrement battu, torturé et blessé par balle.

L'exposé des faits présenté hier en cour a permis de faire la lumière sur cette agression de la rue Springdale, au centre-ville de Saint-Jean. La victime, un jeune homme de 21 ans, a été leurrée par l'intermédiaire de textos à caractère sexuel, envoyés par une jeune femme de 19 ans.

À cette maison bien connue de la police, on l'attendait avec une arme de chasse, un fusil à air comprimé, une chaise et un rouleau de pellicule en plastique. Un marteau et des pinces étaient de plus disposés sur le plancher.

L'intention des accusés était, selon l'exposé des faits, de « rouer de coups » la victime.

La Couronne demande une peine d'emprisonnement de 7 à 9 ans pour Harold Noftall, 55 ans, qui a joué un rôle clé dans l'agression. Elle demande une peine d'emprisonnement de 4 à 6 ans pour Mabel Stanley, 42 ans, qui a menti à la police et a nettoyé les lieux de l'agression.

Selon l'exposé des faits, la situation a dégénéré au moment où la victime a réussi à se libérer des liens qui l'attachaient et a tenté de s'enfuir. Un adolescent de 16 ans, le petit ami de Rebecca Murphy, a alors tiré un coup de feu avec l'arme de chasse et a atteint la victime à la hanche. Harold Noftall a quant à lui donné des coups de pieds à l'homme de 21 ans et l'a frappé avec la crosse d'une arme.

À l'origine, les quatre suspects ont tous été accusés de tentative de meurtre. L'accusation a par la suite été remplacée par des accusations de voies de fait grave, de séquestration et de méfait.

Rebecca Murphy, une des quatre personnes accusées, est escortée par des agents du bureau du shérif à la cour provinciale de Saint-Jean.Le cas de Rebecca Murphy, qui a rédigé les sextos selon l'exposé des faits, sera traité dans un procés séparé. Photo : CBC/Jeremy Eaton

Le cas de la jeune femme qui a envoyé les textos sexuels, Rebecca Murphy, sera traité séparément. Elle doit comparaître en avril. Son copain de 16 ans a déjà plaidé coupable et a été condamné à 7 mois de prison. Une peine d'emprisonnement supplémentaire de 150 jours lui a été imposée.

La victime a subi de graves blessures dans cette agression violente et a dû être soignée à l'hôpital.

Terre-Neuve-et-Labrador

Justice et faits divers