•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pétition pour empêcher la coupe forestière près du lac Marlon

Jean-François Poirier et Jérémie Poirier ont déposé une pétition de 613 noms au conseil municipal de Rouyn-Noranda demandant de ne pas procéder à la coupe forestière dans le secteur du lac Marlon.

Jean-François Poirier et Jérémie Poirier ont déposé une pétition de 613 noms au conseil municipal de Rouyn-Noranda demandant de ne pas procéder à la coupe forestière dans le secteur du lac Marlon.

Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Radio-Canada

Une pétition de 613 signatures a été déposée lors de la séance du conseil municipal de Rouyn-Noranda lundi soir afin d'empêcher le projet de coupe forestière par la Ville dans le secteur du lac Marlon.

Avec les informations de Marc-Olivier Thibault

Jean-François Poirier est l'instigateur de la démarche.

Devant le conseil, il a demandé que les forêts en secteur urbain soient protégées, que les coupes soient faites dans les secteurs éloignés et qu'une foresterie plus « verte » soit pratiquée.

La mairesse de Rouyn-Noranda Diane Dallaire a expliqué que cette coupe faisait partie du plan quinquennal de la municipalité en matière de foresterie afin de répondre aux exigences du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Le projet de coupe se poursuivra, explique la mairesse Diane Dallaire, mais la population peut faire part de ses préoccupations, et la Ville va tenter d'en tenir compte.

Le plan de coupe final n'est pas défini, alors s'il y a moyen de faire des mesures d'atténuation, sans pour autant remettre en cause tout le projet, mais il y a moyen de faire des mesures d'atténuation à ce stade-ci et de regarder ça.

Diane Dallaire, mairesse de Rouyn-Noranda

Diane Dallaire a aussi ajouté que le secteur où aura lieu la coupe est classé « niveau 1 », ce qui signifie que des mesures particulières seront mises en place afin d'en préserver le paysage.

Par ailleurs, elle a martelé lors de la séance du conseil que les travaux se feront dans le plus grand respect des normes de l'industrie.

Devant les explications de la mairesse, Jean-François Poirier se dit prêt à faire partie du processus d'encadrement des travaux. « Avec les réponses de la mairesse aujourd'hui, j'ai comme l'impression que la coupe va se faire, par contre ils n'auront pas le choix de prendre en compte les 613 signatures de citoyens, c'est certain. C'est certain que si j'ai la chance de me faire entendre là-dedans, je vais le faire », ajoute-t-il.

La coupe doit avoir lieu dans un an, en janvier 2019, à proximité du camping du lac Marlon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Environnement