•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ligne de transmission Manitoba-Minnesota : des audiences en mai

Des participants à l'audience publique de la Commission de protection de l'environnement à La Broquerie, sur le projet de transmission Manitoba-Minnesota

L'audience publique de la Commission de protection de l'environnement menée à La Broquerie avait attiré de nombreux résidents inquiets en mai dernier.

Photo : Radio-Canada / Marouane Refak

Radio-Canada

L'Office national de l'énergie (ONE) tiendra en mai 2018 des audiences publiques sur le projet de ligne de transmission Manitoba-Minnesota souhaité par Hydro Manitoba.

Une première série d’audiences, du 23 au 26 mai, permettra d'entendre les préoccupations des Premières Nations. Les audiences reprendront ensuite du 28 mai au 1er juin.

Le projet d'Hydro Manitoba avait aussi fait l'objet d'audiences publiques en mai dernier de la part de la Commision manitobaine de protection de l'environnement. Le gouvernement fédéral avait ensuite décrété que la ligne de transmission et son tracé devaient faire l’objet d’une évaluation environnementale avant qu’Hydro Manitoba puisse obtenir le feu vert.

L’annonce du projet en 2015 avait provoqué une levée de boucliers à La Broquerie et dans la municipalité rurale de Taché. Le tracé proposé par Hydro Manitoba ferait passer la ligne de transmission tout près d’un quartier résidentiel de La Broquerie ainsi que sur des terres appartenant à des fermiers.

Le tracé de 213 km partirait du poste de conversion de Dorsey, au nord-ouest de Winnipeg, pour joindre la frontière avec les États-Unis, près de Piney. Certains s’inquiètent aussi de l’installation de câbles à haute tension de 500 kilovolts.

Les préoccupations des résidents les ont amenés à former une coalition pour rassembler des opposants au tracé. La Southeast Stakeholders Coalition leur sert aussi de groupe d’entraide.

L’Office national de l’énergie souhaite que le projet soit sécuritaire pour la population et qu’il ne présente aucun risque pour l’environnement. Un comité indépendant de trois personnes a été nommé par l’ONE pour procéder à l’évaluation environnementale. Un porte-parole de l'Office, Marc Drolet, indique que « le comité tiendra compte de l'ensemble de l'information recueillie pour diminuer les chevauchements » entre les travaux de la Commission manitobaine et de l'Office national de l'énergie.

Si Hydro Manitoba obtient l’approbation de l’ONE, elle prévoit terminer les travaux en 2020.

Énergie

Société