•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de photographie pour des jeunes après la fusillade de la Loche

Les souliers d'adolescents

« Quand tu es déprimé, tes amis sont là pour toi », croit le jeune photographe de La Loche qui a pris cette photo.

Photo : soumis par Caitlin Wood

Radio-Canada

Donner une voix aux jeunes de la Loche avec des appareils photo, c'est la mission que s'est donnée la sœur d'une des victimes de la fusillade, qui a ébranlé cette communauté du nord de la Saskatchewan en 2016.

Les voix de la communauté n’étaient pas assez entendues, affirme Caitlin Wood, la sœur de l’enseignant Adam Wood, qui a perdu la vie dans la tuerie, qui a fait quatre morts et sept blessés.

Alors que la famille de la victime a grandement été sollicitée dans les médias, Mme Wood croit que l'on aurait dû donner davantage la parole à ceux ayant vécu le traumatisme, parce qu’ils « savent ce dont ils ont besoin ».

Le 22 janvier 2016, un jeune de 17 ans avait ouvert le feu dans une maison et dans l'école secondaire de la communauté à majorité denée.

Je sais que mon frère aurait été fier de mon travail.

Caitlin Wood, sœur de l’une des victimes de la fusillade de La Loche
Deux jeunes regardent un terrain de sportAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une photo prise par l'un des jeunes participants du projet. Le photographe a dit que les amitiés le rendaient fort.

Photo : soumis par Caitlin Wood

Donner la parole aux jeunes

Après la tragédie, Caitlin Wood s'est rapprochée des habitants de La Loche. C’est alors qu’elle a décidé de consacrer aux jeunes de la localité son projet de recherche de maîtrise en éducation de la petite enfance à l'Université Ryerson de Toronto.

Un projet qui a permis à des jeunes de 13 à 19 ans de s'exprimer visuellement avec des appareils photo que Caitlin Wood leur a fournis.

Un chienAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

« Si je pouvais donner une chose à mon chien dans la vie, je lui donnerais la capacité de se voir à travers mes yeux, a révélé le jeune qui a pris la photo. Alors seulement, il réaliserait à quel point il est spécial pour moi. »

Photo : soumis par Caitlin Wood

Les jeunes devaient prendre des photos visant à répondre à cinq questions : À quoi ressemble ta vie? Qu'est-ce qui est bon dans ta vie? Qu'est-ce qui te rend fort? Qu'est-ce qui doit changer? À quoi devrait ressembler l'enfance?

Une personne debout dans l'eau étend ses bras vers le soleil.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le jeune photographe qui a pris cette photo croit que la vie consiste à vivre dans l'instant présent, jour après jour.

Photo : soumis par Caitlin Wood

Mme Wood a ensuite fait des enregistrements audio des enfants qui expliquent leurs photographies.

Les jeunes ont utilisé leurs photographies pour exprimer ce qu'ils ressentent à propos de leurs relations avec leurs amis et de l'importance de la nature et du plein air dans leur vie.

Certains ont expliqué les liens étroits qu'ils entretiennent avec leurs animaux de compagnie, leur souci de l'environnement, leur gratitude pour le monde naturel et la façon dont ils s'inquiètent du manque d'accès aux services médicaux dans le Nord.

Mme Wood espère que sa recherche aidera à offrir des solutions de rechange à la façon dont le Canada peut écouter les jeunes.

Avec les informations de CBC News

Saskatchewan

Autochtones