•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les lunettes vendues en ligne sont-elles de qualité?

L'achat de lunettes représente une grande dépense pour les ménages. L'arrivée de nouveaux acteurs sur le marché, avec des modèles d'affaires différents, change la façon de les magasiner. La facture a voulu savoir si les lunettes vendues en ligne, à bas prix, sont de bonne qualité.

Un texte de Melissa Pelletier et François Sanche, de La facture

Nous avons demandé à trois personnes, avec des problèmes visuels différents, de magasiner des paires de lunettes et d’en faire l’essai. Nous en avons acheté de l’entreprise américaine Zenni Optical, de la canadienne Clearly Contacts et de la québécoise BonLook. Ensuite, nous avons demandé à un expert en optométrie de les évaluer.

Le père est assis avec ses quatre enfants et avec Mélodie Chénier sur le divan.Tous les membres de la famille Jarry ont besoin de lunettes. Photo : Radio-Canada

Tous les membres de la famille Jarry portent des lunettes. Le père, Pascal Jarry, trouve que le prix des lunettes est exorbitant. Il y consacre un budget d’un peu plus de 2000 $ par année, car il doit en acheter plusieurs paires. Pour Pascal et sa fille Florence, la facilité de la commande, les bas prix et les différents styles sont des conditions attrayantes pour l'achat de lunettes en ligne.

Contrairement à la famille Jarry, Mélodie Chénier a des réserves. Elle craint notamment que les montures ne soient pas adéquates en raison de son visage étroit.

Pascal, sa fille Florence et Mélodie Chénier ont donc fait le test.

Acheter en ligne

Elle est assise derrière son ordinateur portable.Florence magasine ses nouvelles lunettes sur Internet. Photo : Radio-Canada

La première étape est d’avoir en main sa distance interpupillaire. Cette donnée n’est pas écrite sur l’ordonnance remise par l’optométriste.

« La distance interpupillaire ne fait pas partie de la prescription, ça fait partie de l'acte de la lunette, de l'exécution de la lunette », explique Langis Michaud, président de l’Ordre des optométristes du Québec.

Au Canada, il n’y a qu’en Colombie-Britannique où la distance interpupillaire doit être inscrite sur l'ordonnance à la suite d’un examen de la vue. Le gouvernement a déréglementé l’industrie en 2010.

Les sites de vente en ligne de lunettes ont recours à divers procédés. Zenni et Clearly demandent aux clients de mesurer eux-mêmes la distance entre leurs deux pupilles avec une règle. BonLook demande plutôt d’envoyer une photo et fera la mesure.

L’expérience nous montre que les méthodes de mesure ne sont pas parfaites.

Le choix des lunettes

L'homme est assis à son bureau, vêtu d'un veston gris et portant des lunettes à la monture rouge.Le président de l’Ordre des optométristes du Québec, Langis Michaud Photo : Radio-Canada

Beaucoup de montures sont offertes aux consommateurs, à des prix variés, et ce, pour tous les types de problèmes oculaires.

Pascal achète des lunettes plus chères parce qu’il a besoin de verres progressifs. Mélodie Chénier, qui a une forte myopie et de l'astigmatisme, choisit des montures pour enfants, puisque les autres sont trop grandes pour elle.

Pascal :

Zenni Optical | 162,73 $
Clearly Contacts | 365 $
BonLook | 395 $

Florence :

Zenni Optical | 83,48 $
Clearly Contacts | 115 $
BonLook | 145 $

Mélodie :

Zenni Optical | 109,05 $
Clearly Contacts | 130 $
BonLook | 195 $

Nous avons reçu les lunettes par la poste peu de temps après l'envoi des commandes.

Elle regarde une photo d'elle sur un iPad.Florence avec sa nouvelle monture Photo : Radio-Canada

Pascal trouve que la monture de Zenni est trop petite, mais il aime les deux autres. Mélodie trouve que la Zenni est trop large et que celle de Clearly glisse sur son nez. Elle préfère les lunettes de BonLook. Florence apprécie les trois paires de lunettes de façon égale.

La qualité est-elle au rendez-vous?

S'il est plaisant pour les gens d'avoir des lunettes livrées à la maison, l’Ordre des optométristes s’inquiète de la vente en ligne. « C'est là que le professionnel avec son service entre en ligne de compte, affirme Langis Michaud. Vous êtes un camionneur; vous conduisez de nuit. Vous n'avez pas besoin des mêmes verres, des mêmes lunettes, des mêmes traitements que la personne qui travaille sur un ordinateur dans un bureau éclairé par des fluorescents huit heures par jour. »

Jean-Marie Hanssens, professeur et directeur de la Clinique universitaire de la vision de l’École d’optométrie de l’Université de Montréal, a évalué la qualité des lunettes commandées par la famille Jarry en fonction de quatre critères : l'ordonnance, la qualité des verres, celle de la monture, ainsi que le respect de la distance interpupillaire.

Il est assis dans une lunetterie, devant des clients.Jean-Marie Hanssens, professeur et directeur de la Clinique universitaire de la vision de l’École d’optométrie de l’Université de Montréal Photo : Radio-Canada

Pour Pascal et Florence Jarry, la puissance des verres des trois paires de lunettes respecte l’ordonnance. Dans le cas de Mélodie, il y a erreur, mais elle n’est pas due à la fabrication. Mélodie a entré ses informations sans avoir son ordonnance à jour lors de la commande chez Clearly et Zenni. Pour les lunettes de BonLook, elle l’avait, et le résultat est juste.

Si la qualité des verres est convenable, il ne s'agit pas de la dernière technologie.

C’est un verre d'entrée de gamme, ce qu'on appelle un full backside. Ça ne veut pas dire que c'est un verre mauvais, mais c'est quand même une entrée de gamme par rapport à ce qui se fait sur le marché.

Jean-Marie Hanssens, professeur et directeur de la Clinique universitaire de la vision de l’École d’optométrie de l'Université de Montréal

En ce qui concerne les montures, notre expert constate que ce ne sont pas des produits hauts de gamme. Il a mal noté les montures qui ne sont pas munies de ressorts aux charnières.

Enfin, pour le centrage des lunettes, chaque millimètre compte. La force des lunettes doit être alignée devant les pupilles. L'incidence est moindre pour une petite ordonnance. Dans le cas d'une forte myopie, il s'agit d'un enjeu majeur, pouvant causer étourdissements, mal de tête, nausées. Il est important de savoir que des lunettes mal ajustées n’ont aucune conséquence sur la santé des yeux.

Pour Pascal, les mesures sont justes. Pour Florence, il y a un écart allant jusqu’à 9 mm entre sa réelle distance interpupillaire et la distance mesurée et commandée.

Centrage des lunettes

Distance entre les pupillesFlorence
32,2-32 = 64,5 mm
Mélodie
28,5-28,5 = 57 mm
Pascal
35-34 = 69 mm
Zenni Optical   
Distance commandée72 mm55 mm67 mm
Distance reçue72 mm54 mm68,5 mm
Prix82,48 $109,05 $162,73 $
Clearly   
Distance commandée70 mm55 mm67 mm
Distance reçue73,5 mm56,5 mm68 mm
Prix115 $130 $365 $
BonLook   
Distance commandée68 mm60,5 mm69 mm
Distance reçue68 mm60,5 mm69 mm
Prix145 $195 $395 $

Voir clair dans le marché

De plus en plus de gens achètent des lunettes sur le web, et de nombreuses compagnies en offrent à des prix compétitifs. BonLook vend des lunettes à 145 $, verres et monture compris. Clearly et Zenni peuvent offrir des lunettes à moins de 100 $.

Comment alors expliquer le coût des lunettes vendues à plusieurs centaines de dollars?

Langis Michaud explique que les fournisseurs de montures et de verres empochent environ la moitié du prix d’une paire de lunettes. Pour le reste, il explique qu'un optométriste doit payer son loyer, son stock, ses équipements, son personnel et ses assurances.

J'ai un paquet de dépenses qui sont inhérentes à mon exercice et qui, elles, représentent 40 % du 50 % qui me reste. Donc, sur une lunette à 500 $, l’optométriste fait 50 $ de profit net.

Langis Michaud, président de l’Ordre des optométristes du Québec

Offrir des lunettes à bas prix

La jeune femme est assise devant un étalage de lunettes.Sophie Boulanger, présidente-directrice générale de BonLook Photo : Radio-Canada

Deux entreprises québécoises qui vendent des lunettes moins chères ont retenu notre attention : BonLook et le Bonhomme à lunettes. Toutes deux sont sorties du modèle d’affaires traditionnel.

La présidente-directrice générale de BonLook, Sophie Boulanger, a décidé de concevoir ses propres montures. « Il y a plusieurs intermédiaires avant d'arriver au client final, qui chacun se prend leur marge. » Produire une monture de bonne qualité coûte de 10 $ à 20 $, selon elle.

Ça reste un morceau de plastique avec un peu de métal. Il n'y a pas de raisons que manufacturer ça, ce soit aussi coûteux que manufacturer un iPhone.

Sophie Boulanger, présidente-directrice générale de BonLook

L’opticien Philippe Rochette, fondateur-propriétaire du Bonhomme à lunettes, évite quant à lui les grandes marques. « On utilise des montures qu'on réussit à acheter moins cher en allant vider les entrepôts. Ce sont des modèles de la semaine passée ou de la collection d’il y a trois mois », explique-t-il.

Les deux lunettiers proposent aussi des verres de technologie moins récente, ce qui fait baisser le coût des lunettes.

J'ai gradué comme opticien en 1998. À ce moment-là, il y avait des lentilles progressives sur le marché qui étaient extrêmement performantes. Je juge que ces mêmes lentilles-là aujourd'hui sont encore performantes.

Philippe Rochette, fondateur-propriétaire du Bonhomme à lunettes

Pour M. Michaud, les optométristes doivent avant tout répondre aux besoins des patients. Ils peuvent offrir des lunettes moins chères quand le client le demande et dit que son budget est limité.

Explications des lunetteries

En réaction à nos tests, les lunettiers Clearly et Zenni répondent qu’ils offrent l’échange ou le remboursement. BonLook rembourse avant 30 jours et propose de faire une nouvelle commande.

Clearly Contacts souligne qu’elle offre des montures avec des charnières à ressort et que des « ambassadeurs de la vision » peuvent aider les clients à passer leur commande. De plus, la mesure de la distance interpupillaire peut être binoculaire ou monoculaire.

Zenni Optical nous répond qu’il est important d’avoir certaines informations à la suite de sa visite chez un optométriste, comme l’ordonnance, le type de lunettes dont on a besoin et la distance interpupillaire. Zenni précise aussi que lorsqu’on prend soi-même la mesure de la distance interpupillaire, elle peut être monoculaire ou binoculaire.

Elle ouvre une boîte brune.Florence déballe une des paires de lunettes qu'elle a reçues par la poste. Photo : Radio-Canada

BonLook soutient qu’elle privilégie la prise de mesures en personne par un professionnel, et que la prise de mesures par carte permet de répondre aux besoins d'une clientèle qui est mal servie actuellement. BonLook précise que toutes ses montures ont des charnières avec des vis enrobées de nylon, ce qui leur confère une plus grande durabilité et plus de fluidité de mouvement. BonLook a offert de refaire les commandes de Mélodie et de Florence.

Verdict?

Acheter ses lunettes en ligne peut être une bonne solution pour celui ou celle qui souhaite ne pas payer cher et qui accepte de faire des compromis, par exemple en ce qui a trait au manque d’ajustement.

Le rapport qualité/prix est intéressant. Le service de vente et d’après-vente diffère, mais pour épargner des centaines de dollars, l’essayer peut être avantageux.

Le reportage avec les résultats complets de nos tests est diffusé le 16 janvier à La facture sur ICI Radio-Canada Télé.

Consommation

Économie