•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Vous ne pouvez plus détenir un certificat de citoyenneté canadienne », affirme Ottawa

Anneliese Demos avec une lettre du gouvernement en main.

Anneliese Demos est considérée comme une « Canadienne perdue ».

Photo : Radio-Canada / Julianne Runne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Anneliese Demos, 39 ans, pensait qu'elle était Canadienne jusqu'à ce qu'elle reçoive une lettre vendredi. Le gouvernement la prévenait qu'elle n'était plus une citoyenne de ce pays.

Pourtant, la Winnipégoise de 39 ans, mère de quatre enfants, travaille à temps plein et paie des impôts, comme tous les autres Canadiens, chaque année.

Mme Demos est arrivée au Canada à l’âge de 2 ans et a choisi le pays comme terre d’accueil. Le gouvernement a délivré à la femme originaire du Paraguay, une carte de citoyenneté en 1980.

«  »

— Une citation de  Anneliese Demos, résidente de Steinbach

Annulation du certificat

Le gouvernement du Canada a avisé Mme Demos que le certificat qui prouvait qu’elle était bel et bien Canadienne était annulé.

Cette dernière fait partie des nombreux « Canadiens perdus ». Une loi en vigueur exige que toute personne née en dehors du Canada entre 1977 et 1981 de parents eux-mêmes nés en dehors du pays doit faire des démarches avant l’âge de 28 ans pour garder sa citoyenneté.

Anneliese Demos ignorait cette réglementation. Elle n'a donc pas fait de démarches avant la date limite.

Bill Janzen, directeur à la retraite du bureau du Comité central mennonite d'Ottawa, a travaillé sur plus de 200 cas de « Canadiens perdus ».

« Il faut faire des recherches approfondies sur le passé d'une personne. Trouver les documents prouvant où elle est allée à l’école et où elle vit. Puis demander au ministre de l'Immigration du Canada d'obtenir la citoyenneté en raison de difficultés inhabituelles ou particulières », explique M. Janzen.

« Toutefois, ces documents n’existent pas toujours, précise-t-il. Cette procédure me semble vraiment inutile. »

« Je n’ose pas quitter le pays »

En 2012, Anneliese Demos a tenté d’obtenir un passeport. Elle voulait s’offrir un voyage pour célébrer son combat contre le cancer du sein. C’est à ce moment qu’un employé l'a avisée qu’elle pourrait avoir des problèmes en raison de son année de naissance et de son pays d’origine.

Les fonctionnaires ont finalement refusé sa demande de passeport et lui ont envoyé un formulaire de preuve de citoyenneté à remplir.

Elle l'a rempli et a reçu un certificat et une lettre par la poste lui disant qu'elle était citoyenne canadienne. Mme Demos était donc autorisée à détenir un passeport. Elle pensait que la question avait été résolue jusqu'à tout récemment.

« Juste au moment où je croyais que tout était réglé, [j'apprends] que je ne suis plus citoyenne », se désole-t-elle.

Selon Anneliese Demos, deux de ses six frères et soeurs ont également eu le même problème.

Sa soeur a réussi à régler la question après trois ans. Son frère reste dans l’attente. Mme Demos ajoute que l’un de ses cousins a été expulsé du pays pendant deux mois pour des raisons similaires.

Le passeport de Mme Demos doit expirer en avril. Elle craint d’être renvoyée au Paraguay. « Je n’ose même pas essayer de quitter le pays », conclut-elle.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...