•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Salon de l'auto de Détroit : les nouvelles technologies à l'honneur

De gros camions noirs sont présentés devant des écrans où défilent des images de jeunes dansant dans la rue.

Le Salon de l'automobile de Détroit a ouvert ses portes le 14 janvier 2018.

Photo : Radio-Canada / Catherine Poisson

Radio-Canada

Le premier conférencier à parler de voitures autonomes au Salon de l'auto de Détroit, cette année, est un employé du gouvernement canadien.

Le coup d'envoi a été donné samedi à la 30e édition du Salon international de l'automobile d'Amérique du Nord (NAIAS). Et cette année, les nouvelles technologies prennent une place plus importante que par le passé à Détroit. Le Salon dédie d'ailleurs une grande partie du plancher à Automobili-D, une section réservée à la techno, ce qui comprend les voitures autonomes.

Ray Tanguay, conseiller des gouvernements canadien et ontarien sur les questions automobiles, était le premier conférencier à prendre la parole. Selon lui, les véhicules sans conducteur seront sur nos routes d'ici 2040.

« La technologie arrive, maintenant la question est : "Aurons-nous les infrastructures pour la soutenir?" »

Ray Tanguay se tient sur la scène, devant un écran où on peut lire : Apprendre aux voitures à penser.

Le conseiller sur l'Automobile pour les gouvernements de l'Ontario et du Canada, Ray Tanguay, en conférence de presse au Salon de l'auto de Détroit 2018.

Photo : Radio-Canada / Catherine Poisson

La numérisation de nos routes représente une grande partie de cette infrastructure. Celle-ci devra s'étendre aux rues où circuleront ces voitures, a-t-il précisé, afin qu'elles soient en mesure de repérer les obstacles et de s'adapter à l'évolution des villes.

Si vous mettez une voiture intelligente dans une ville idiote, ça ne fonctionnera pas très bien.

Ray Tanguay, conseiller sur l'automobile pour les gouvernements de l'Ontario et du Canada

M. Tanguay n'était pas le seul Canadien influent présent au salon.

BlackBerry, une entreprise qui s'attarde de plus en plus à la technologie pour le marché des véhicules autonomes, effectue une première visite au plus grand salon de l'automobile en Amérique du Nord, celui de Détroit, où l'équipe du chef de la direction, John Chen, compte lancer un nouveau produit, lundi.

Au cours des cinq dernières années, le chef de la direction a réduit graduellement la dépendance de l'entreprise ontarienne aux téléphones intelligents dans un marché saturé et a repositionné l'entreprise, anciennement connue sous le nom de Research in Motion, comme un acteur d'innovation en cybersécurité et en logiciels.

M. Chen voit la première apparition de BlackBerry au NAIAS comme une étape dans sa feuille de route pour l'avenir de l'entreprise.

Le chef de la direction a dit croire que l'invitation faite à BlackBerry reflète l'importance accordée par les constructeurs aux logiciels dans les véhicules et la position de son entreprise comme chef de file en cybersécurité.

Les camions dominent le marché, et le salon

Outre les nouvelles technologies, les camions et les voitures utilitaires sport occupent une grande place dans les salles d'exposition.

Le chroniqueur automobile Benoit Charette explique que ce sont ces véhicules qui ont dominé les ventes aux États-Unis, et que le salon de Détroit est connu pour suivre les tendances du marché.

« Le salon de Los Angeles met beaucoup les véhicules verts de l'avant, à New York ce sont les véhicules de luxe, mais Détroit a toujours été le fidèle reflet de l'industrie automobile américaine », dit-il.

Avec les renseignements de Catherine Poisson

Avec les informations de La Presse canadienne

Industrie automobile

Économie