•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du sport pour les malades chroniques

Le reportage d'Anne-Louise Despatie
Radio-Canada

L'Association pulmonaire du Québec lance le premier centre communautaire où l'on apprend aux patients à intégrer l'exercice physique dans leur mode de vie. Les résultats sont très encourageants.

Trois fois par semaine, deux femmes qui souffrent d’une maladie chronique viennent au centre Inspirer pour s’entraîner. Elles se prêtent à un programme de réadaptation respiratoire de huit semaines. Elles se disent transformées.

« J’ai une belle allure et je n’arrête pas pour tousser », lance l’une d’elles, heureuse de pouvoir sortir marcher à l'extérieur à nouveau. Ce sont les sorties avec les amis qui deviennent désormais plus agréables, ajoute sa voisine.

Les deux femmes ont profité des services d’un kinésiologue, d’un inhalothérapeute, d’un nutritionniste et même d’une travailleuse sociale.

Ces gens-là ne seront probablement jamais capables de recourir par exemple, mais ils vont être capables de fonctionner dans la vie de tous les jours de façon plus efficace.

Dr Jonathan Lévesque, pneumologue, Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Moins de 2 % des Canadiens souffrant de maladies pulmonaires chroniques ont accès à un tel programme offert habituellement à l’hôpital.

Le centre ouvert par l'Association pulmonaire du Québec est communautaire. Le CHUM et l’hôpital Maisonneuve-Rosemont offrent le soutien des pneumologues.

On ne reçoit rien du gouvernement. C’est vraiment un partenariat de deux hôpitaux. Je me dis pourquoi on ne répéterait pas ça partout au Québec.

Dominique Massie, directrice générale, Association pulmonaire du Québec

L’entraînement, l’enseignement de techniques respiratoires et la musculation changent la vie des malades chroniques et des personnes atteintes d’un cancer.

Ce programme est méconnu même auprès des médecins de famille, qui peuvent pourtant y référer leurs patients.

- D'après le reportage d'Anne-Louise Despatie

Santé publique

Santé