•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des avis municipaux et messages aux citoyens en français à Halifax

L'hôtel de ville d'Halifax.
L'hôtel de ville d'Halifax. Photo: CBC / Robert Short
Radio-Canada

La ville d'Halifax améliore ses services à ses résidents francophones. Pour la première fois, la municipalité régionale publiera ses avis municipaux en français.

Le budget alloué à la traduction de ses avis est de 200 000 dollars pour les deux prochaines années.

Les Haligoniens recevront ces messages d’intérêt public et communiqués de presse en français dès la fin du mois de janvier.

Une ville réceptive aux demandes de la communauté francophone

« La ville répond aux demandes de la communauté acadienne et francophone », se réjouit Lucien Comeau, coprésident du Partenariat acadien et francophone d’Halifax.

M. Comeau indique que l’une des demandes d’un groupe de travail était « une communication bilingue pour des avis, et surtout des avis qui touchent la sécurité », par exemple lors de tempêtes.

Il y aura toutefois un délai entre la publication des avis dans la version originale anglaise, compte tenu du temps requis pour le traduire en français, indique Victoria Martin, conseillère en communication à la municipalité régionale d’Halifax.

« Une minorité a toujours besoin d’être valorisée », croit M. Comeau. Il croit que par cette décision, la municipalité régionale d’Halifax envoie un message fort. « Cela donne un signal (...) que la ville est plus accueillante » tant pour les entrepreneurs que pour les touristes, et que cela « démontre aux immigrants francophones qu’ils sont inclus et peuvent vivre en français dans la région. »

La ville a également engagé une conseillère en communication s’exprimant dans les deux langues officielles.

Le cabinet de traduction engagé pour rédiger ces avis en français facturera à la municipalité 22 cents par mot traduit.

Selon les plus récentes données du recensement, il y a 49 575 personnes à Halifax qui s’expriment en français et en anglais. Quelque 10 000 résidents de la municipalité régionale indiquent que le français est leur langue maternelle. De ce groupe, à peine 345 ne s’expriment qu’en français.

Pour Tony Mancini, conseiller municipal du district 6, qui comprend le territoire de Harbourview-Burnside-Dartmouth-Est, il s’agit avant tout de « célébrer et démontrer du respect envers les communautés francophone et acadienne ».

Cette dépense est, dit-il, justifiée. Il explique qu’avec deux écoles francophones dans le district qu’il représente, il est logique de favoriser un environnement où les familles seront intéressées à demeurer.

Nouvelle-Écosse

Francophonie