•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers une garderie à l'Université de Saint-Boniface en 2018?

Un enfant dont on ne voit que les mains tient de jouets.

La garderie de l'Université de Winnipeg accueille davantage d'enfants depuis son agrandissement.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Université de Saint-Boniface est le seul des établissements postsecondaires importants du Manitoba à ne pas avoir de garderie. Elle espère pouvoir remédier à cette situation en 2018.

Un texte de Sylviane Lanthier et Denis-Michel Thibeault

L’Université de Saint-Boniface (USB) espère toujours obtenir en mars prochain le financement qui lui permettrait d’aller de l’avant avec un projet de garderie qu’elle caresse depuis 2012.

Cette année-là, l’université sondait sa clientèle et son personnel pour confirmer le besoin de garderie. En septembre 2013, le conseil d'administration approuvait la mise sur pied du projet, associé à un centre d’excellence. Depuis, l’Université a multiplié les démarches, mais n’a toujours pas reçu de financement.

L'Université de Saint-Boniface est le seul des établissements postsecondaires du Manitoba à ne pas offrir de services de garderie sur place. Certains d'entre eux accueillent des enfants depuis de nombreuses années : les garderies de l'Université du Manitoba et le Collège Red River entre autres sont ouvertes depuis 1975.

La clientèle des garderies

  • Collège Red River : 53 enfants, 18 mois à 12 ans, priorité aux étudiants et au personnel
  • Université du Manitoba : 64 enfants, 18 mois à 5 ans (projet d'expansion pour 138 enfants), uniquement pour les étudiants et le personnel
  • Université de Brandon : 56 enfants de 2 à 6 ans et 16 enfants de 6 à 9 ans, priorité aux étudiants et au personnel
  • Université de Winnipeg : 128 enfants, 12 mois à 5 ans, places offertes aux étudiants (50 %), au personnel (25 %) et à la communauté (25 %)
  • Université mennonite : information non disponible

Deux ans pour un agrandissement

La garderie nouvellement agrandie de l’Université de Winnipeg accueille 128 enfants. L’Université a mis deux ans pour mener à terme son projet d'expansion, indique la directrice générale de la garderie, Ioula Berdnikovam.

L’investissement de 1,2 million de dollars a permis de diminuer la liste d’attente à moins de 20 enfants, dit-elle. Elle espère qu’à la rentrée de septembre prochain il y aura moins de dix noms sur cette liste. « Si vous me demandez, je referais la même chose immédiatement, affirme Ioula Berdnikovam. Le programme a eu beaucoup de succès. Nous avons presque complètement éliminé la liste d'attente. »

Ça a beaucoup aidé notre personnel étudiant. Ils sont en mesure d'aller à l'école ou de retourner aux études sans se tracasser avec la garderie de leur enfant.

Une citation de : Ioula Berdnikoam, directrice, garderie de l'Université de Winnipeg

Un besoin pressant en français

Pour la directrice générale de la Fédération des parents du Manitoba, une garderie à l’Université de Saint-Boniface répondrait à un besoin réel et demeure une nécessité. « Il y a plusieurs raisons pour avoir une garderie à l'USB. dit-elle. On a encore des grandes listes d'attente à Saint-Boniface. Tous les centres ont une liste d'attente d'environ 200 personnes. »

Une femme en gros plan à l'extérieur d'un édifice.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Brigitte L'heureux, directrice générale de la Fédération des parents du Manitoba.

Photo : Radio-Canada

Des garderies qui ont un grand impact

« Avoir une garderie dans une université, ça peut influencer un parent à retourner aux études et [lui] permettre d'avoir une meilleure vie, gagner plus d'argent dans le futur, estime Brigitte L'Heureux. Souvent avoir des enfants et ne pas avoir de service de garde, c'est ce qui peut empêcher quelqu'un de retourner aux études ou d'avoir un bon emploi et contribuer à l'économie. [...] Avoir des espaces ici, ça libère des places ailleurs. L'USB, c'est la seule université au Manitoba qui n'a pas de service de garde. »

Il y a environ 800 enfants en attente de places dans des garderies francophones, rappelle-t-elle, et il y a en tout 16 000 enfants en attente d’une place en garderie dans la province.

Un projet qui n’est pas mort

Après un refus du gouvernement fédéral en avril 2017, l’Université de Saint-Boniface a soumis une nouvelle demande de financement à la fin d'octobre et s’attend à recevoir des réponses au début d’avril, explique la coordonnatrice des communications de l’Université, Dominique Philibert.

Dans une note de service datant du 30 octobre dernier, le vice-recteur aux finances, René Bouchard, explique que le refus initial du ministère du Patrimoine était dû « à des contraintes budgétaires et non pas à un manque de pertinence du projet soumis ».

Provenance des fonds pour la garderie de l'USB

  • Patrimoine canadien : 3 077 000 $
  • Province du Manitoba : 700 000 $
  • Étudiants de l’USB : 750 000 $
  • Université de Saint-Boniface : 750 000 $
  • Campagne de financement : 800 000 $

L'Association étudiante de l'USB a déjà confirmé un appui financier de 700 000 $ des étudiants envers le projet. La présidente de l'Association, Axelle Lokossué, confirme que le projet est toujours en cours. « Nous suivons les procédures qu'il faut pour voir de l'avancement dans le projet », dit-elle.

On espère une annonce pour 2018.

Une citation de : Axelle Lokossué, présidente, Association des étudiants de l'USB

Dans sa note de service, René Bouchard informe « la communauté universitaire que, dans le respect du haut niveau d’importance accordé à ce projet », une nouvelle demande a été faite auprès de Patrimoine canadien et une autre auprès du ministère des Familles de la province. « Nous avons été contactés pour savoir si l'AEUSB maintenait son engagement pour le projet, mentionne Axelle Lokossué, ce que nous avons fait. »

La garderie de l'Université aurait une surface de 697 mètres carrés et accueillerait 16 poupons et 64 enfants d’âge préscolaire. Elle serait gérée par un organisme sans but lucratif ayant son propre conseil d’administration.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !