•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le système de paye Phénix conçu pour générer des erreurs, selon un rapport

Les explications de Julie-Anne Lapointe
CBC.ca

Selon un document obtenu par CBC, le système de paye Phénix, qui cause des maux de tête au gouvernement et aux fonctionnaires, a été « délibérément élaboré » pour effectuer un certain nombre de tâches qui ont mené à une cascade d'erreurs.

Le rapport de juin 2017, intitulé Les problèmes de Phénix identifiés par les RH, a été produit par le bureau du directeur des ressources humaines du gouvernement et obtenu en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Le document mentionne une série de problèmes récurrents entre le système de rémunération et les ressources humaines, qui ont mené à des erreurs majeures dans la paye des fonctionnaires fédéraux depuis presque deux ans.

En ce qui concerne les nouveaux employés, « Phénix a été "délibérément élaboré" pour les rémunérer au taux le plus bas, plutôt qu'au montant indiqué sur leur lettre d'embauche », dit le rapport.

Cette pratique valait pour « chaque nouvel employé occasionnel ou temporaire, chaque nouvel employé nommé pour une période indéterminée, les étudiants et les employés transférés dans un nouveau ministère ou organisme ».

Ces travailleurs reçoivent une paye erronée, et ce, jusqu'à ce qu'un conseiller modifie manuellement cette rémunération, un processus qui peut « prendre beaucoup de temps, surtout au Centre des services de paye », selon le rapport.

Fin novembre, le gouvernement fédéral a déclaré que 551 000 réclamations financières et non financières avaient été faites relativement au système de paye Phénix. Elles touchaient environ 156 000 fonctionnaires, soit plus de la moitié des effectifs.

L'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), le syndicat qui représente une majorité d'employés fédéraux, estime que ces révélations sont inquiétantes.

Phénix a été délibérément mis sur pied pour s'assurer que les gens étaient payés au montant le plus bas.

Chris Aylward, vice-président exécutif national de l'AFPC

Selon le rapport, Phénix a été conçu pour :

  • récupérer les montants perçus en trop avant de notifier les employés ou de conclure des arrangements avec eux, ce qui laisse certains d'entre eux avec des fonds « limités ou inexistants »;
  • geler le compte d'un employé lorsqu'il quitte un ministère ou le gouvernement;
  • calculer les montants perçus en trop, qui sont dans certains cas « récupérés plusieurs fois auprès du même employé ».

Le rapport soulève également des préoccupations au sujet des données manquantes, incomplètes et incorrectes générées par Phénix, soulignant que « ces données inexactes ont des répercussions sur les rapports produits par le gouvernement ».

« Ce qui est le plus frustrant pour les travailleurs [au centre de rémunération du gouvernement fédéral] à Miramichi, c'est que lorsqu'ils essaient de corriger une partie des erreurs, autre chose ne fonctionne plus, et c'est presque comme un effet domino », déplore Chris Aylward.

De son côté, Services publics et Approvisionnement Canada rappelle qu'il embauchera 300 conseillers au début de 2018 « pour continuer à augmenter la capacité du centre de paye ».

Mais c'est trop peu, trop tard, pour l'AFPC. « Nous chercherons certainement à obtenir des compensations pour les dommages causés et nous ne nous arrêterons pas là. Nous devons continuer nos actions », lance Chris Aylward.

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale