•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Temporel, une incursion dans la quatrième dimension

Des acrobates livrent une prestation, baignés dans un univers de projections oniriques.
Isabelle Chassé et Patrick Léonard, des 7 doigts de la main, donnent vie au spectacle de Lemieux et Pilon Photo: Les 7 doigts de la main/Jean-François Gratton
Radio-Canada

Illustrer les soubresauts de la mémoire sur scène? C'est le pari que relèvent Lemieux Pilon 4D Art et Les 7 doigts de la main avec le spectacle Temporel, présenté jusqu'au 27 janvier à la Place des Arts.

Un texte de Pascale Fontaine

Dans cette création qui allie le cirque aux arts technologiques, l’acrobate Patrick Léonard incarne un vieil homme qui louvoie dans ses souvenirs et transforme son rapport au temps après la disparition de son grand amour, interprété par Isabelle Chassé.

C’est précisément le thème du temps qui a réuni les deux collectifs depuis leur collaboration au parcours interactif Cité-mémoire, dans le Vieux-Montréal.

« On a vraiment eu du plaisir à faire des improvisations pour voir comment le temps pourrait être un personnage », raconte Patrick Léonard devant une scène encore quadrillée de couleurs pour l’ajustement des projections. Parce qu’on se plaint souvent du temps comme d’un voisin fatigant. »

On porte tous nos âges en nous. [...] Quand tu enlèves les rides et la barbe, tu vois le petit gars de 5 ans.

Michel Lemieux, 4D Art

Personnifier le temps, c’est bien. Mais saisir les souvenirs et les émotions qui filent à toute allure dans la tête du vieillard, c’est mieux.

Si le cinéma a facilement recours aux retours en arrière, le désordre temporel est beaucoup plus complexe à représenter durant un spectacle, fait remarquer le cofondateur de 4D Art, Victor Pilon.

« On fait un peu de la réalité augmentée : on a une scène, des acteurs, et on ajoute des petits bouts de réalités virtuelles qui permettent d’illustrer le temps », résume l’autre cofondateur, Michel Lemieux. Et cela va au-delà de la simple décoration plaquée en arrière-plan, disent-ils.

Filmé en direct, Patrick Léonard a par exemple son double projeté sur lui-même, répétant les mêmes gestes à quelques secondes d’intervalle. « Il devient triple, quadruple et là, on se rend compte que, dans le fond, nos habitudes nous amènent à toujours faire les mêmes gestes et qu’on n’est pas seul dans notre tête, mais plusieurs », poursuit Michel Lemieux.

« C'est onirique à un point où on est encore à créer des liens », dit Patrick Léonard.Les projections se superposent aux jeux des acrobates. Photo : Courtoisie/Jean-François Gratton

Après des spectacles à grand déploiement comme Toruk, du Cirque du Soleil, le tandem de 4D Art voulait explorer un mariage plus intime entre les performeurs et le visuel avec Temporel. « C’est notre laboratoire », explique Victor Pilon.

Or, le défi est tout autre pour les interprètes... qui travaillent à l’aveugle.

« On a travaillé quelques fois avec des projections, comme Vice & Vertu à la Société des arts technologiques, rappelle Isabelle Chassé. Mais ce dispositif est nouveau pour nous. Il n’est pas plaqué, mais avec nous. C’est super technique pour être à la bonne place pour interagir avec la projection. Vu qu’on ne la voit pas, on se fie à Michel et Victor. »

Les acrobates deviennent-ils contraints par le temps, même en plein spectacle? Si ces derniers doivent être synchronisés par moment, le tandem Lemieux et Pilon cherche au contraire à rendre le processus aussi vivant que possible. « On travaille la technologie, sans la montrer, sans la glorifier », soutiennent-ils.

« C’est plus excitant qu’autre chose. Ça ouvre beaucoup de possibilités et ça amplifie les émotions », croit pour sa part Isabelle Chassé.

Reste à voir si les ficelles technos s’effaceront devant cette quatrième dimension proposée par le collectif.

Qu’est-ce que le temps pour…

  • Patrick Léonard? « On a une relation très conflictuelle aujourd’hui avec le temps, ça ressort. On est pris dans un présent qu’on n’habite pas, avec les réseaux sociaux. »
  • Victor Pilon? « On se bat toujours contre le temps, il est trop rapide, il nous échappe. Et de faire une paix avec lui. Essayer de vivre dans le moment présent, c'est très difficile. »
  • Michel Lemieux? « Il est partout, ce thème-là. Il y a l’illusion que le temps est linéaire et en même temps, il y a un avant et un après. »

Arts de la scène

Arts