•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • La science derrière le blues de l’hiver

    Découverte, 29 janvier 2012

    En cette période de l'année, la déprime hivernale gagne de nombreux Canadiens. Le troisième lundi de janvier est en effet connu pour être la journée la plus déprimante de l'année. Si ce concept de « Blue Monday » est remis en question, le phénomène de la dépression hivernale, lui, est bien réel. De nos archives : le trouble affectif saisonnier expliqué scientifiquement.

    À l’émission Découverte du 29 janvier 2012, l’animateur Charles Tisseyre présente le blues de l’hiver. Une déprime passagère qui peut durer de deux à trois mois, soit au cours de la période hivernale. Dans les cas plus sérieux, on parle de dépression saisonnière. Le manque de lumière naturelle en est la principale cause. C’est pourquoi elle apparaît souvent autour du solstice d’hiver, où les heures d’ensoleillement diminuent.

    Le reportage nous apprend aussi qu’il existe une corrélation entre la latitude géographique et le nombre de personnes atteintes de dépression saisonnière. Plus on s’éloigne de l’Équateur, plus les cas sont fréquents. Tout cela nous ramène à la lumière, dont on explique le rôle physiologique. Quelques moyens de lutter contre ce blues hivernal sont aussi exposés.

    Luminothérapie, exercice physique au soleil, des résultats solides qui ne sont pas de la poudre aux yeux.

    Le journaliste Charles Tisseyre

    Le trouble affectif saisonnier est reconnu scientifiquement depuis une trentaine d’années. À l’émission SRC Bonjour du 30 octobre 1992, l’animatrice Marie-Claude Lavallée s’entretient avec le psychiatre Yves Lamontagne. Ce dernier évalue alors à 10 % la proportion de Québécois touchés par ce type de déprime. En plus du manque de lumière, la fatigue accumulée pendant l’hiver est aussi mise en cause par le psychiatre. Les Québécois ont tendance à travailler davantage durant l’hiver pour se reposer une fois l’été venu, alors que des vacances entre les deux saisons seraient salutaires.

    Luminothérapie, activités en plein air, repos ou même vacances dans une destination soleil, voilà quelques recommandations stables des dernières années pour contrer la déprime hivernale.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Santé