•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le musée Gardner maintient sa récompense pour retrouver des chefs-d'œuvre volés

Des cadres vides ont été installés pour rappeler le vol des tableaux au musée Gardner.

Des cadres vides ont été installés pour rappeler le vol des tableaux au musée Gardner.

Photo : AFP / Ryan McBride

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le musée Isabella Stewart Gardner, à Boston, a décidé de prolonger indéfiniment son offre de récompense de 10 millions de dollars promise à celui qui l'aidera à retrouver 13 tableaux de maîtres volés en 1990.

L'offre de récompense expirait en principe le 31 décembre, mais le conseil d'administration du musée a voté pour la renouveler, selon un communiqué publié jeudi.

« Cette récompense montre l'engagement du musée et du conseil d'administration à récupérer ces œuvres importantes », a déclaré Steve Kidder, président du conseil cité dans le communiqué. « Nous sommes les seuls acheteurs pour ces œuvres, qui doivent retrouver leur foyer légal. »

Le musée Isabella Stewart Gardner vu de l'extérieurAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le musée Isabella Stewart Gardner

Photo : AFP / Ryan McBride

Dans la nuit du 18 mars 1990, les tableaux (dont trois Rembrandt, un Vermeer, un Manet et cinq dessins et aquarelles de Degas), d'une valeur totale estimée à quelque 500 millions de dollars américains, ont été dérobés par des cambrioleurs déguisés en policiers.

Relevée de 1 à 5 millions de dollars en 1997, la récompense a été doublée à 10 millions en mai dernier.

« Une seule information pourrait suffire à retrouver les œuvres. Nous cherchons la qualité, pas la quantité; des faits, pas des théories », a souligné le responsable de la sécurité du musée, Anthony Amore.

« Nous restons optimistes quant à la possibilité que ces œuvres puissent un jour être retrouvées. »

— Une citation de  Anthony Amore, responsable de la sécurité du musée Gardner de Boston

En un quart de siècle, ce cambriolage, réputé le plus important vol d'œuvres d'art de l'histoire, a fait la renommée de ce vénérable musée, plus encore que le somptueux palais qui l'accueille, qu'on a bâti en assemblant des vestiges achetés en Italie, ou que sa collection, encore forte d'un Titien, deux Velázquez ou un Rubens.

En mars 2013, le FBI a annoncé avoir identifié les voleurs, membres d'une organisation criminelle du nord-est des États-Unis. Néanmoins, les faits étaient prescrits depuis 1995, et les suspects, qui n'étaient plus en possession des œuvres, ne pouvaient plus être poursuivis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !