•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Le port du casque au hockey, une obligation plutôt récente

Plan buste de Guy Carbonneau, assis sur le banc des joueurs, qui porte un casque avec une visière.

Le joueur des Canadiens de Montréal Guy Carbonneau, en 1984

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le 13 janvier 1968, l'attaquant des North Stars du Minnesota Bill Masterton reçoit une violente mise en échec. Le joueur tombe sur la glace et sa tête percute la patinoire. Il meurt deux jours plus tard d'une hémorragie au cerveau. Il ne portait pas de casque. Ce décès incitera la Ligue nationale de hockey (LNH) à modifier ses règlements en matière de sécurité.

Jacques Plante et la révolution du masque

Le 1er novembre 1959, Jacques Plante, le gardien des Canadiens de Montréal, reçoit un tir du revers qui lui fracasse le nez. C’en est assez. Il s’est déjà fait briser trois fois le nez, deux fois la mâchoire et les deux os de la joue. Il refuse de retourner au jeu sans porter le masque qu’il a lui-même conçu. Toe Blake, son entraîneur, n’est pas d’accord, mais il n’a pas le choix.

Dans cet extrait de l’émission Qui sont-ils? diffusée le 19 juillet 1979, Jacques Plante raconte au journaliste Guy Ferron ce qui l’a motivé à changer les mentalités. À l’époque, les observateurs de ce sport considèrent qu’un masque gênerait le travail du gardien. Le geste audacieux de Jacques Plante lui donnera pourtant raison, puisqu’il coïncide avec une série de victoires de l’équipe.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Qui sont-ils?, 19 juillet 1979

L’augmentation de la vitesse du jeu et l’avènement du tir frappé et de la lame de bâton courbée rendent la protection faciale indispensable. Peu à peu, les gardiens des autres formations adoptent l’idée.

Le port du casque dans la LNH

Tout de même, dans les années 1960, la majorité des joueurs professionnels ne portent pas de masque ni de casque protecteur. C’est ce que l’on constate dans cet extrait d’un match du 29 octobre 1966 opposant les Rangers aux Canadiens.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

La soirée du hockey, 29 octobre 1966

À la suite de la mort de Bill Masterton en 1968, on assiste à un long débat sur l’importance d’imposer le casque. Certains hockeyeurs commencent à le porter, mais cette pratique demeure marginale. La LNH le rendra obligatoire pour tous les nouveaux joueurs seulement 11 ans plus tard, lors de la saison 1979-1980.

Le port de la visière

En 1981, le président de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) Jean Rougeau interdit le port du protecteur facial à grillage communément appelé la « cage à poule ». Une décision contestée, notamment par un comité d’ophtalmologistes ainsi que par l’ancienne vedette des Canadiens Maurice Richard.

À l’émission Repères du 2 octobre 1981, les journalistes Gérard-Marie Boivin et Luc Paradis rencontrent le dirigeant de la LHJMQ. Jean Rougeau dénonce vivement ses détracteurs. Selon lui, la grille nuit à la vision des hockeyeurs et empêche les amateurs de les reconnaître. Interrogés au vestiaire, des joueurs des Voisins de Laval vont dans le même sens et affirment préférer jouer sans grillage.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Repères, 2 octobre 1981

Alors que le junior majeur du Québec impose le port de la visière, on laisse le choix aux joueurs dans le reste du Canada.

À cette époque, les hockeyeurs professionnels portent le casque, mais sans protection faciale. Alors que les blessures au visage se multiplient, la visière semble une solution.

En 1984, le joueur des Canadiens Guy Carbonneau décide de l’adopter lors d’un entraînement. Dans un reportage diffusé aux nouvelles, le journaliste Lionel Duval s’entretient avec l’entraîneur adjoint Jean Perron au sujet de nouveaux casques munis d’une visière.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Bulletin de nouvelles, 1984

Est-ce que tous les joueurs devraient porter la visière? Oui, selon Jean Perron.

Quand on sait que trois joueurs potentiels qui se faisaient crever les yeux par année au Canada […] quand tu gagnes ta vie avec ça, tu devrais mettre toutes les chances de ton côté.

L’entraîneur adjoint des Canadiens Jean Perron

 Il faudra attendre 30 ans, lors de la saison 2013-2014, pour que la LHN rende la visière obligatoire pour les recrues.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.